Regards

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Vérités agro-alimentaires

Publié le vendredi 27 juillet 2007 (par Dominique)

Décidément aujourd'hui, je rattrape mon retard en “bonnes nouvelles”.

J'ai toujours préféré la vérité au mensonge, il m'est plus facile de faire face à ce qui est nommé clairement.

Lucidité ne veut pas dire catastrophisme, ni pessimisme, c'est pour moi le seul moyen de gérer ce qui se présente dans mon quotidien, découlant des décisions des autres.

J'ai trouvé très juste le ton et les propos de ce courriel reçu il y a quelques semaines de Kokopelli.

Je le reproduis dans sa totalité.

Si le site n'était pas d'accord, je le retirerai… à grand regret.

**************

“Nicolas et Pimprenelle de l'Environnement”

Suite aux dernières déclarations de la ministre de l'Agriculture, le Grenelle de l'Environnement nous apparaît de plus en plus comme une gigantesque mascarade (qui porte les masques ?) ou un pathétique théâtre de marionnettes (qui tire les ficelles&nbps;?) qui n'est pas sans nous rappeler un somnifère télévisé qui fut lancé quelques années avant mai 68 (et les accords de Grenelle) et qui faisait la joie des petits et grands enfants: Nicolas, Pimprenelle et Gros Nounours.

Gros Nounours descend raconter de belles histoires aux enfants et remonte ensuite sur son nuage conduit par le marchand de sable qui lance une poignée de sable doré dans les yeux des enfants pour les endormir et s'éloigne en jouant au pipeau la musique de “Que ne suis-je la fougère” : “Que ne puis-je par un songe, Tenir son cœur enchanté ! Que ne puis-je du mensonge, Passer à la vérité !” Qui sont le gros Nounours et le marchand de sable au pipeau ? Dormez, dormez, la petite France d'en-bas. Un peu de grenelle au sable doré et vous serez bientôt narcosé et dupé.

Si l'on en croit le dernier communiqué de Mme Lagarde, ministre de l'Agriculture, nous sommes loin de passer du mensonge à la vérité ! Alors que l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) vient de déclarer, en début mai 2007, que l'Agriculture Biologique peut nourrir toute la planète sans impact négatif sur l'environnement, madame la Ministre nous ressert la grande farce de l'agriculture raisonnée comme étant l'agriculture écologique du futur.

Non, Madame Lagarde, l'agriculture raisonnée n'est pas une agriculture durable respectueuse de l'environnement. L'agriculture raisonnée n'est qu'une des variantes de l'agriculture “irraisonnée” et toxique qui sévit depuis 60 années, qui a été mise en place et soutenue par tous les gouvernements (quelle que soit leur coloration politique) et qui a fait de la France une poubelle agricole génératrice de cancers. La seule agriculture durable est une agriculture sans pesticides, sans intrants de synthèse et sans chimères génétiques et qui met en œuvre des pratiques culturales issues tout autant des traditions paysannes que des recherches de l'agro-écologie.

Non, Madame Lagarde, la croissance agricole et la durabilité ne sont pas conciliables. Les nappes phréatiques sont vides, les sols sont morts, les cours d'eau sont pollués, les pollinisateurs ont été éradiqués, l'atmosphère de la capitale est viciée par les pesticides et l'agriculture toxique est en partie responsable du réchauffement climatique puisqu'elle libère du CO2.

Nous comprenons fort bien votre souhait “de restaurer le prestige des agriculteurs” car il a, en effet, beaucoup souffert de par les terribles dégâts provoqués par l'agriculture toxique depuis un demi-siècle. Nous comprenons beaucoup moins votre souhait pour l'agriculture “d'achever de se réconcilier avec la société”. Pensez-vous sincèrement qu'elle ait déjà commencé à se réconcilier? Et qu'a-t-elle donc, d'ailleurs, à se faire pardonner ?

L'Agriculture Biologique ne représente qu'à peine 2% de la surface agricole tandis que l'agriculture toxique continue d'imposer ses chimères génétiques (refusées par le peuple Français) dont un maïs de Monsanto strictement interdit par les experts de sept pays Européens en raison du danger qu'il représente pour la santé humaine.

Non, Madame Lagarde, vous ne pouvez pas parler de sécurité alimentaire alors que le scandale des pesticides est en train d'éclater au grand jour. L'agriculture toxique produit des aliments-poisons générateurs d'allergies, de cancers et autres maladies de dégénérescence.

Nous dénonçons, tout d'abord, le scandale des nécro-carburants qui vont générer une insécurité alimentaire sur toute la planète tout en intensifiant les pollutions environnementales dues à l'agriculture productiviste.

Nous dénonçons la campagne d'intoxication de l'association Farre qui, en partenariat avec le GNIS, et autres entreprises du secteur, vient d'adopter le slogan mensonger “Avec l'agriculture raisonnée, semons la biodiversité”. L'association Farre, avec moins de mille adhérents dont une partie seulement sont des agriculteurs, doit représenter à peine 0,1% des agriculteurs Français! Elle a été créée en 1993 par l'UIPP, l'Union des Industriels de la Protection des Plantes (en fait, les Promoteurs de Pesticides). L'agriculture raisonnée dissémine des pesticides et non de la biodiversité.

Soit dit en passant, c'est Kokopelli qui sème de la biodiversité en France et c'est pour cela que nous sommes conviés devant les tribunaux de la République !

L'association Farre n'est qu'une farce et façade de l'UIPP dont le directeur, Jean-Charles Bocquet, vient de déclarer dans un éditorial récent qu'il ne pouvait pas imaginer un monde sans pesticides. On se l'imagine bien puisque l'UIPP regroupe tous les grands noms de l'agro-chimie : Monsanto, Syngenta, Bayer, BASF, Du Pont de Nemours, Dow Agrosciences, Cheminova, etc. Selon Mr. Bocquet, grâce aux pesticides, le 20 ème siècle a été un siècle sans famines. Vraiment ? 36.000 personnes qui meurent de faim tous les jours, cela finit par faire des centaines de millions de citoyens planétaires qui trépassent avant l'âge. Mr. Bocquet faisait-il sans doute référence à des famines “occidentales”.

Si nous faisons le bilan de l'agriculture Française, nous avons 1,5 % d'agriculture biologique, 0,1% d'agriculture “raisonnée” et 98% d'agriculture “irraisonnée”. Et l'agriculture irraisonnée semble bien stable, quant à ses pratiques, puisque les derniers chiffres de ventes de pesticides dont nous disposons (pour l'année 2005) témoignent d'une augmentation d'environ 5%.

Nous avons donc d'une part l'UIPP qui ne peut pas imaginer un monde sans pesticides et d'autre part la FAO qui affirme que l'agriculture biologique peut nourrir toute la planète sans détruire l'intégrité des écosystèmes.
Qui croire ? Les vendeurs de poisons ou les experts agricoles des Nations Unies ?

Il n'y a qu'une “rupture” écologique possible, c'est la promotion de l'Agriculture Biologique. Mais la vraie, pas celle que la Commission Européenne est en train de nous proposer sous la pression des lobbies avec des cahiers de charge qui seraient plutôt des cahiers de “décharge” : une pincée de pesticides par-ci, un peu de contamination génétique par-là, et une poignée d'intrants issus de cultures transgéniques…

Quant au Grenelle de l'Environnement, s'il est à la hauteur des ambitions actuelles du ministère de l'Agriculture, en matière de protection de l'environnement et des citoyens, mieux vaut sans doute rester chez soi et cultiver son jardin. Il ne serait, d'ailleurs, pas étonnant de voir les multinationales de l'agro-chimie s'inviter à la table. Ne prétendent-elles pas travailler avec “les sciences de la vie” ? On peut déjà s'imaginer de beaux slogans durables “Pour lutter contre le réchauffement climatique, semez des chimères génétiques”.

Et si nous proposions un contre-forum ? Nous pourrions l'appeler “Négrelle de l'Environnement” et nous pourrions y inviter tous les opprimés de la mondialisation : les esclaves des plantations de canne à sucre au Brésil qui font de l'éthanol pour les automobiles de France, les esclaves immigrés dans les serres de légumes du sud de l'Espagne, les paysans Colombiens pourchassés par les milices qui implantent des palmiers à huile pour le diesel végétal des voitures des nantis, les paysans Mexicains pour lesquels le prix de la tortilla a augmenté de 160 % suite au boom de l'éthanol aux USA, les paysans Indonésiens torturés auxquels on vole les terres et les forêts pour implanter des monocultures, les paysans Argentins chassés de leurs terres par la folie du soja pour engraisser les vaches des occidentaux, les paysans Africains ruinés par le dumping des cultures subventionnées par l'Europe, les paysans Paraguayens brûlés par le paraquat de Syngenta épandu par avion avant le semis direct de soja transgénique, les paysans Français atteints de la maladie de Parkinson suite à l'exposition aux pesticides, les paysans Indiens qui se suicident par dizaines de milliers ruinés par le coton transgénique de Monsanto, les paysans d'Amérique centrale qui meurent, dans les bananeraies, du Nemagon de Dow Agrosciences et les petits garçons Argentins de 10 ans qui courent avec des drapeaux rouges sous les avions qui épandent le RoundUp de Monsanto sur les champs de soja transgénique pour que le précieux glyphosate ne manque pas sa cible…

Tout cela, non pas pour se complaire dans la douleur. Mais pour répéter et prouver que l'agriculture moderne occidentale tue et pour affirmer que demain, tout est possible.

Même un monde sans pesticides.

Dominique Guillet. Le 7 juin 2007.

Association Kokopelli
“Pour la Libération de la Semence et de l'Humus”
P.I.S.T Oasis, 131 Impasse des palmiers
30319 Alès Cedex
Tél : 04 66 30 64 91 / 04 66 30 00 55
Fax : 04 66 30 61 21

Biocarburants, une intox planétaire :-(

Publié le vendredi 27 juillet 2007 (par Dominique)

Depuis des mois on nous rabat les oreilles à grand renfort de pseudo-explications pour nous faire croire que les biocarburants seraient une solution miracle !!!

C'est vraiment prendre les gens pour des demeurés.
Il n'y a pas besoin d'avoir fait Polytechnique, pour voir que c'est une idiotie.
Pour fabriquer des biocarburants il faut du pétrole pour que les engins agricoles puissent récolter, semer et transporter, ensuite encore de l'électricité pour tons les processus de transformation de cette énergie verte en partie seulement !!
Il faut quand même être conscient que la culture du colza ou autres plantes servant à produire ces biocarburants, dégage d'importantes quantités d'oxyde d'azote dans l'atmosphère.

Des plantes à l'origine oui, mais un produit pas bio du tout à la sortie !

Donc cette chaîne de production ne réduira certainement pas l'effet de serre, mais contribuera si ce n'est à la maintenir, plus gravement à l'augmenter !

Pour de plus amples informations, je vous recommande de lire les articles édifiants sur le site de planète-infos: www.notre-planete.info/biocarburants

Vous avez aussi des informations très documentées, diffusées sur le site de Kokopelli :
www.kokopelli.asso.fr/La tragédie des nécro-carburants

Il faut quand même être conscients que les carburants végétaux n'ont pas été développés plus tôt parce que “le contexte économique, politique, énergétique n'était pas jusqu'ici favorable”.
Ceci simplement parce que les pétroliers et les groupes financiers qui mènent le monde par le bout du nez et le fond du porte-monnaie, ne l'avaient pas encore décidé !

C'est un sujet qui nous concerne tous, pour peu que nous nous posions la question de la qualité de vie de cette planète pour ceux qui viendront après nous.

Pour beaucoup d'humains d'aujourd'hui, c'est débile, ils se fichent complètement déjà de leurs voisins, famille, amis, alors de ceux qui viendront après !!
C'est le cadet de leurs soucis.

L'indifférence dans laquelle débarquent toutes ces nouvelles stupides, fausses, erronées venant des medias instrumentalisés par les gouvernements et les groupes financiers internationaux me consterne.

Tout cela pour toujours plus de fric tout de suite maintenant.

Si demain y'en a plus ce n'est pas grave, soit ils trouveront autre chose, soit ils seront partis !
Partis = morts ; soit suicidés, soit refroidis par les concurrents, anciens amis d'hier…

Des chercheurs américains ont comparé les émissions de gaz à effet de serre du diesel et du biodiesel, tout le long de leur cycle de vie, depuis leur production jusqu'à leur combustion dans les moteurs (production, transport, transformation, distribution). Les résultats, publiés dans le journal “Chemistry & Industry”, montrent que le biocarburant à base d'huile de colza cultivé dans des champs dédiés émet à peu près autant de gaz à effet de serre que le carburant diesel conventionnel (à base de pétrole, NDLR).”

comme Kokopelli le dénonce :
Les carburants végétaux ne sont pas bio du tout ! Ils sont issus de plantes cultivées, donc ils on nécessité pour leur culture de toute l'artillerie lourde de l'agro-chimie et des pesticides. Ils sont obtenus grâce à des processus d'extraction industrielle très complexes.
Les termes “biodiesel” , “bioéthano” et “biocarburant” ont fleuri en un temps record dans le langage commun, faisant suite à un énorme matraquage publicitaire et médiatique. Ces carburants végétaux sont obtenus grâce à des processus d'extraction industrielle très complexes.

bio” veut dire “vie”.
Comment ces carburants végétaux peuvent mériter le préfixe bio ?

Il s'agit donc bien d'une gigantesque arnaque verbale.
En clair, les medias, les groupes financiers, jouent sur les mots… une fois de plus.

Il serait beaucoup plus juste de nommer ces nouveaux produits sous une appellation correspondant très exactement à leur réalité comme : “nécrocarburants”, “nécroéthanol”, “nécrodiesel”

Pour ceux qui l'ignorent, ou l'auraient oublié “Nécro” = mort.

Les médias nous cachent le fait que ces carburants végétaux pas verts du tout, seraient même plutôt rouges, de la couleur du sang. Ils vont accroître l'immense tragédie de la sous-nutrition, de la mort de faim, de la misère sociale, du déplacement des populations, de la déforestation, de l'érosion des sols, de la désertification, de la pénurie en eau, etc.

Ou comment accélérer le processus de mise à mort d'une planète…

Depuis quelques années, nous assistons sans broncher à la condamnation à mort de l'humanité et du vivant de la terre que les grands groupes pétroliers, alliés aux grands groupes de l'agro-alimentaire, eux mêmes alliés aux grand groupes de l'agro-chimie et aux grands groupes semenciers, ont programmée en lançant cette farce grotesque. Ne sont dupes que ceux qui jouent à la politique de l'autruche, face à cette tentative de tranquilliser le citoyen en prétendant que les carburants végétaux ne représentent “aucune concurrence pour les filières alimentaires”.

Ce n'est pas le sujet, arrêtez de nous prendre pour des imbéciles !

Le bilan est éloquant :
Savez-vous que :
  • l'année 2006 fut déclarée par l'ONU “Année Internationale des Déserts et de la Désertification”.
  • les activités agricoles génèrent une érosion telle que, chaque seconde, ce sont 2.420 tonnes de sol qui partent dans les océans ou dans les vents.
  • chaque heure de la journée, 1.370 hectares de terres sont désertifiées à jamais.
  • 36.000 personnes meurent de faim tous les jours.
  • selon la FAO, la surface moyenne de terre arable par habitant était de 0,32 hectare en 1961/1963 (pour une population mondiale de 3,2 milliards), de 0,21 hectare en 1997/1999 (pour une population mondiale de 6 milliards) et sera de 0,16 hectare en 2030 (pour une population mondiale estimée à 8,3 milliards).
  • selon certains experts indépendants, les projections ci-dessus sont hautement optimistes car la surface moyenne de terre arable par habitant dans les pays pauvres sera seulement de 0,09 hectare en 2014.
  • ces mêmes experts n'ont pas pris en considération, pour leurs calculs, le boom des agro-carburants et les bouleversements climatiques.
  • selon la FAO, l'Inde perd chaque années 2,5 millions d'hectares de terres et qu'à ce rythme là, il ne restera plus un gramme de terre arable dans ce pays en 2050.
  • au cours des 20 dernières années, environ 300 millions d'hectares (six fois la surface de la France) de forêt tropicales, ont été détruits pour implanter des domaines fermiers et des pâturages ou des plantations à grande échelle d'huile de palme, de caoutchouc, de soja, de canne à sucre et autres récoltes.
  • dans l'Iowa, le cœur de l'empire transgénique du maïs et du soja, les églises dans les zones rurales surplombent les champs d'1m50 parce que l'Iowa a perdu 1m50 de sol fertile en un peu plus d'un siècle.


Cette soit disant révolution verte à laquelle on veut nous faire croire n'a que le vert du Dollars.
Elle n'est jamais pour le bien ni de la terre, ni des humains…

Mais - cherchez l'erreur - elle est mise en place par des humains !

La seule question :
À qui profite l'arnaque agricole du siècle, voire du millénaire ?
Une seule réponse :
Les multinationales transgéniques.
Et cela permet la multiplication des zones test de cultures de plantes transgénique.
De quoi nous inquièterions-nous, ce n'est pas pour nous, mais pour nos voitures !
Que ces cultures polluent et modifient génétiquement les plantes destinées à l'alimentation… ne présente absolument aucun danger, les apprentis-sorciers vous le démontreront à grand renfort de tableaux comparatifs.

Comme nous le rappelle, toujours le site de Kokopelli :
Pierre Rabhi, dans le manifeste qu'il vient de rédiger pour fédérer un comité de soutien autour de Kokopelli, évoque un “tsunami alimentaire. Avec 36 000 personnes mourant de faim (donc de manque de nourriture !) tous les jours, la planète Terre est dans un état de famine. Si l'on peut se permettre une comparaison, 36.000 personnes représentent 12 fois le nombre de personnes décédées dans les 2 tours en septembre 2001 !”

Je termine cette dernière semaine de juillet sur une note sérieuse, grave, oui…

Avez-vous remarqué qu'il n'y a pas de vacances pour la bêtise, la méchanceté et les crimes contre l'humanité qui tuent bien plus chaque année que les chauffards sur les routes des vacances.

Informez-vous… votre vie demain en dépend.

Les éléments majeurs de ce billet sont empruntés à Dominique Guillet qui a écrit un exposé très clair, très complet sur ces points en mars 2007, sur le site de Kokopelli, sité plus haut que je vous invite à lire dans sont intégralité.

Vaccinations en question

Publié le jeudi 26 juillet 2007 (par Dominique)

Plusieurs textes de loi ont vu le jour ces derniers mois sur la question des vaccinations.
Le français moyen est un peu perdu entre ces testes qui au bout du compte nous paraissent contradictoires ou interpellants quand au conséquences sur notre santé à venir.

Personnellement dans notre société correctement médicalisée, qui bénéficie d'une médecine de terrain opérationnelle, avec l'hygiène de vie qui progresse... la question des vaccins à titre de médecine préventive m'a toujours paru suspect, et même criminel.

Pourquoi recevoir les germes d'une maladie que je n'ai pas l'intention de développer ?

J'ai conscience que ma question n'est pas habituelle, mais c'est la mienne.

Pour moi la prévention passe avant tout par la qualité de vie et qualité des aliments que je donne à mon corps.

Deux opérations, j'en conviens aussi de plus en plus difficiles à réaliser.

Ces derniers mois un grand nombre de produits, y compris des marques à consonance “bio”, comme “Bjorg” à introduit de l'huile de palme, parce que cela facilite les processus de fabrication sur les chaînes... dixit la diététicienne de la marque, que j'ai interpellé sur ce phénomène.

Je viens d'entendre à la radio locale de france bleu vaucluse, que le maire de la ville d'Orange s'apprête à faire une démarche au près du ministère de l'agriculture, ayant appris tout à fait inopinément la culture de semence OGM sur une parcelle de sa commune sans que ce fait lui ait été au préalable signalé !!!

La qualité de vie est liée à mes choix, mais aussi à tout ce que j'ai à affronter dans mon quotidien qui vient des autres : voisins, la famille, humains autour et plus loin dont les actions ont une incidence sur ma propre vie.

Plus nous sommes nombreux, plus les seuils de saturation sont rapidement franchis, plus nous sommes fragilisés par ces envahissements permanents.
Curieusement, je n'ai pas entendu parlé d'un vaccin contre les humains... pourtant c'est le pire virus sur cette planète, en tout cas si je regarde les faits au fil des siècles...

Le 5 mars dernier, la loi n° 2007-293 réformant la protection de l'enfance a été promulguée (voir le Journal officiel du 6 mars 2007). Ce texte élargit la peine de six mois d'emprisonnement et de 3 750 euros d'amende à tous les refus de vaccination.
Là encore à mon grand étonnement, pas vraiment de réactions ni de la part des citoyens, ni des associations diverses concernant la santé.
Pour moi c'est une grave atteinte aux libertés individuelles, dans un pays qui ne succombe pas tous les mois à des épidémies manifestes..., en dehors de la bêtise et de la manipulation permanente par les medias.
Pour ces deux fléaux, pas plus de vaccins...

Le 13 juillet, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a décidé de suspendre la vaccination systématique BCG des enfants avant leur entrée en maternelle. Avec un bémol, quand même avec l'idée de cibler cette vaccination obligatoire pour le BCG, en la réservant aux populations à risques.
Il me semble utile de rappeler que pendant des décennies, cette vaccination BCG a été présentée comme vitale et ses opposants traités d'irresponsables.

Entre temps plusieurs projets de vaccination généralisée se sont fait jour :
* Sanofi Pasteur MSD commercialise en France, depuis fin 2006,
* le Gardasil, premier vaccin préventif du cancer du col de l'utérus, qui a bénéficié d'une rapide autorisation de mise sur le marché à 145,94 euros la dose (le vaccin s'administre en trois doses). Déjà on parle, en france de faire vacciner toutes les fillettes de 10 ans, comme l'a ordonné l'État du Texas, provoquant une vive polémique aux États-Unis.

Toutes ces substances sont loin d'être anodines. Elles viennent s'ajouter aux médicaments, aux différents additifs ainsi qu'à la pollution diffuse qui est répandu de manière totalement silencieuse, insidieuse dans l'air, l'eau, la nourriture - même bio - que nous ingérons !!!
Personne n'est en mesure de connaître précisément les effets de toutes ses substances et en particulier de ces vaccins sur notre corps, ni de leurs intéractions...

Pour plus d'informations et surtout pour que vous puissiez vous faire votre idée sur ces sujets vitaux, je vous conseille très vivement de consulter les articles sur ces questions sur le site d'Agoravox :
www.agoravox.fr/enquête citoyenne

Pour notre santé, celle de nos proches il est vital de s'informer le plus complètement possible.

Je ne fais que relayer les sources d'informations que j'ai trouvé pertinentes sur des sujets vitaux pour moi.
N'hésitez pas à laisser vos commentaires ou compléments d'informations.

Le soleil ne va pas bien :-(

Publié le mardi 17 juillet 2007 (par Dominique)

Le site Daily Motion, qui diffuse bon nombre de vidéos par Internet, sur des sujets très variés, a mis en ligne, il y a quelques jours, un reportage apparemment anodin mais qui fait l'effet d'une bombe montrant que le soleil est en train de se dérégler, et que tout le système solaire en est déjà affecté.

Vous pouvez visionner cette vidéo à cette adresse :
www.dailymotion.com/rechauffement-climatique-global

Comme vous le constaterez sur le montage vidéo fait à partir de documents scientifiques de la NASA entre autres, les tempêtes solaires, dont les medias ne nous disent pratiquement jamais rien, qui affectent le soleil depuis plus de 20 ans, et qui sont en augmentation depuis, ont des conséquences visibles sur les clichés d'observation des planètes du système solaire.

Bien sûr nous les sentons parfaitement sur terre, mais personne ne nous donne d'indications, ni d'explications.
Les tempêtes solaires ont entre autres effets palpables, une incidence marquée sur les champs électromagnétiques terrestres. Cela se traduit pas des désordres climatiques qui viennent s'ajouter aux manipulations diverses et variées de nos apprentis sorciers de météorologues sous les ordres des différents gouvernements. Il y a aussi des effets plus subtils sur les humains, qui par période vont être sujets à des malaises indéfinissables, les amenant parfois les amènent à l'hôpital.
Les malaises sont plus souvent d'ordre cardiaques ou psychologiques.

Ajoutons à cela le problème du rayonnement solaire qui étant de plus en plus violent et nécessite vraiment de nous en protéger absolument.
C'est du suicide aujourd'hui de prendre le soleil sur une plage.
Le signaler ne sert à rien, les gens veulent être bronzés !!
C'est plus joli !
C'est sûr un cadavre pré-calciné brûle plus vite…

Il y a aussi les problèmes oculaires.
Le soleil agresse particulièrement la vue et nous devons nous protéger systématiquement, quelle que soit la saison, si nous ne voulons pas devenir aveugles progressivement, et ce relativement jeune.

Certains trouveront le tableau bien noir…
Je suis d'accord, ce n'est pas du tout amusant, mais j'ai toujours refusé la politique de l'autruche.
Ce qui est connu et nommé, même si ce n'est ni agréable ni facile, présente l'avantage d'être contourné ou au moins d'agir en connaissance de cause.

Mon but est de vivre sur cette terre, tout le temps dont j'en ai besoin, dans les meilleures conditions possibles, en ménageant ma monture, pour mourir en excellente santé !
C'est un programme qui en vaut bien d'autres, en tout cas c'est le mien depuis des décennies.

Il y a donc de grandes chances, au regard des informations de la vidéo, que les causes premières du réchauffement ou des dérèglements climatiques, que nous subissons sur terre, soient dues à cette hyperactivité particulière de notre soleil. Au fil de ces dernières années il est devenu plus puissant, plus lumineux.

Avez-vous constaté comme moi que certaines plantes qui supportaient il y a 20 ou 30 ans très bien une exposition en plein soleil, sont littéralement calcinées si vous les oubliez deux jours sur votre balcon.
Cela n'a rien de normal.
Il arrive de sentir la brûlure du soleil sur la peau alors qu'on marche dans la rue.

Si on s'informe un peu sérieusement et qu'on regarde des études géologiques, on s'aperçoit que dans des périodes reculées de l'histoire de la terre comme l'ère du “Crétacé”, il y a eu des périodes assez longues où la terre n'avait plus de zones glacières du tout !
Il se peut aussi, comme on le trouve dans de nombreuses traditions orales transmises de génération en génération dans les tribus dites primitives, que cela soit suivi d'une période où le rayonnement solaire va énormément décroitre.

L'astre solaire est vivant, il mène sa propre vie, régie par des cycles dont nous ne savons rien !

L'humain a la prétention de tout vouloir gérer, maîtriser, gouverner, manipuler !
Il oublie trop souvent qu'il est dans un Monde vivant qui a ses propres règles et se fiche complètement de l'humain.
Nous ne sommes que des poussières microscopiques au regard de l'Univers.
Il serait temps d'en prendre conscience, il me semble.

Tous les bouleversements ou changements importants constatés et visibles dans la vidéo mentionnée sont particulièrement interpellants.
Si ces informations, pourtant majeures, ne sont pas diffusées dans les multiples grands messes de l'information sur la planète c'est vraisemblablement pour éviter un vent de panique qui de toute façons ne servirait à rien.

Une fois de plus je vous invite à vous informer.
C'est l'avantage de l'Internet…

Sachons en faire un outil de connaissance, pour vivre le plus longtemps possible en nous adaptant le plus intelligemment possible à notre environnement, qui est lui aussi vivant !!

Avignon, festival ou poubelle ?

Publié le jeudi 12 juillet 2007 (par Dominique)

Avignon, a ouvert grand les portes pour le 60ème Festival le 6 juillet, et ce jusqu'au 28 juillet.

Vraiment rien à envier au festival d'art dramatique voulu et dirigé par Jean Villard, où chacun pouvait avoir accès à ce que le théâtre français avait de meilleur, pour une somme modique.

Depuis 1992, j'habite Avignon... et je désespère.
J'ai connu le festival dans mon adolescence, mes grand-parents paternels originaires d'Avignon et Roquemaure, étaient revenus au pays pour vivre leur retraite entourés de leur famille.

C'était la grande époque des Ballets du XXème siècle de Maurice Béjart dans la cour d'honneur du Palais des papes.


Je n'aimais pas du tout la danse classique et les créations de Maurice Béjart m'ont tout de suite enthousiasmée. Le style dépouillé, une gestuelle nouvelle, qui ne sentait ni la naphtaline ni la componction, une danse vivante, pour une époque nouvelle, m'ont permis d'apprécier enfin cet art.

France-culture proposait en marge du Festival qui régnait sur le Palais des Papes, dans différents lieux chargés d'histoire comme le “Cloître des Célestins”, le “verger Urbain V”, la Chapelle des “Pénitents Gris”... des concerts de grande qualité, dans des genres très diversifiés comme la cantatrice Monserrat Cabaillé, les percussions de Strasbourg, Martial Solal...

Chaque concert était prétexte à des rencontres avec les artistes, les compositeurs... pour 5 francs de l'époque.... C'était avant 1970. Il régnait un climat de détente, de partage, de simplicité particulièrement agréable.

Le festival durait 2 semaines, la ville accueillait des touristes et des festivaliers sans pour autant se trouver défigurée, enlaidie, réduite à l'état d'une immense déchèterie.

Aujourd'hui quand le festival s'installe, la ville est envahie d'affiches jusqu'au plafond.

C'est à la compagnie qui mettra le plus d'affiches, occupera le plus d'espace visuel...

Rue Carnot, proche de la place de l'Horloge
Un plaisir pour les habitants de cette maison !


Beaucoup d'avignonnais qui habitent intra muros prennent leurs vacances à cette période précisément pour fuir la ville !

Rien de particulièrement enthousiasmant que d'assister, ou plus exactement de subir, un véritable concours grotesque et envahissant, entre compagnies : le plus grand, le plus fort, le plus nombreux, le plus haut... le plus, le plus, et encore du plus !

Le festival d'Avignon n'a pas attendu les consignes de notre Monsieur Plus président !

derrière le palais des papes
Derrière le palais des Papes.


Malheureusement le plus ne s'arrête pas là...

En 1992, le festival Off proposait 450 spectacles environ.
Cette année... 60ème anniversaire oblige, il fallait entrer en démesure = 850 spectacles...
Une véritable orgie proposée à des spectateurs potentiels qui ont de moins en moins d'argent !

Rue Joseph Vernet
Agréable quand on vit en face et que nos fenêtres s'ouvrent le matin sur ce dépotoir.


Combien d'arbres ont été inutilement sacrifiés pour aussi peu de qualité ?
Encore une bonne raison de boycotter les spectacles qui tentent de vivre en détruisant bêtement la nature.

Vivre sans théâtre est possible, mais pas vivre sans arbres...

Il faut compter selon les spectacles entre 10 et 18 euros la place, pour un spectacle qui dure entre 60 et 85 mn au grand maximum.
Autant dire qu'il est impossible, financièrement, de voir tous les spectacles qui nous tenteraient.

Certains tournent depuis presque 10 années...
Je ne sais pas s'ils font vraiment le recette, ou bien si derrière cette constance se cache quelque oeuvre caritative pour artistes en perdition, qui ne trouvent pas d'autres salles que les minuscules salles climatisées de la taille de box pour voiture, pompeusement nommées “théâtre” le temps du festival.

Difficile de trouver un vrai beau et bon spectacle dans cette botte de papier, ce tas d'immondices qui envahit toutes les ruelles du matin au soir.

Il y en a, je vous rassure, mais il est très difficile de les repérer.
La tâche est telle que les bras du festivalier potentiel tombent.
Sur le nombre... le pourcentage de pièces vraiment intéressantes, vraiment divertissantes, dans une mise en scène de qualité, est très, très, très faible.

Notre société en pleine décadence n'a toujours pas compris que
la quantité nuit gravement à la qualité.

J'ai du mal à intégrer, que se produire dans des salles aussi minuscules, au milieu de n'importe quoi, soit une belle et solide référence pour les comédiens comme les auteurs.

Certes certains textes sont vraiment mieux servi dans un espace intimiste, confidentiel.
Je ne le nie pas.
Ils perdraient de leur puissance dans des salles gigantesques.
Mais ils sont peu nombreux.
Au mieux le festival d'Avignon permet de rôder des spectacles pour les proposer ailleurs.

Je suis d'une génération, pour qui ce qui est beau, mérite une belle présentation.
La beauté se protège, ne se galvaude pas ;
elle se préserve, elle ne se jète pas en pâture.

Le respect d'un lieu d'accueil, de ses habitants, montre une qualité l'intrinsèque qui fait grandement défaut aujourd'hui.
Ce festival attire de moins en moins de vrais amateurs de théâtre, et de plus en plus de vacanciers qui profitent de leur passage dans la région pour faire un tour au milieu de l'attraction locale.

Alors la plage, comme les rues-poubelles d'Avignon... font partie du circuit de l'été en Provence.

point argent
Difficile de trouver le clavier...


C'est bien dommage.

Avignon est une très belle ville, chargée d'histoire.
Elle aurait pu demeurer un superbe écrin pour le Théâtre avec un grand “T”.
Elle est devenue un supermarché du spectacle.

J'espère qu'un jour de vrais amoureux du Théâtre et du Spectacle donneront un grand coup de balais et redonneront à ce Festival des lettres de noblesses qu'il a perdu depuis plusieurs décennies.

Cette plaisanterie coûte beaucoup plus cher à la ville qu'elle ne rapporte.
Cela paraît de l'extérieur hallucinant, c'est pourtant la réalité.
Les dégradations, la saleté, nécessitent des interventions permanentes des services d'entretien et de voirie.
Les commerçants ont beaucoup plus de dégradations, de casse et de vols qu'en temps habituel.
Il y a d'ailleurs des commerces qui ferment “intra-muros” pendant le festival !!!
Un comble, non ?

J'aime ma ville.
J'aime le beau spectacle.
J'aime la beauté.

Avignon est une très belle ville.

Avignon
Vue sur la vieille ville depuis la grande roue sur les allées de l'Oule.


La littérature comporte de très beaux textes....
Le monde du théâtre compte dans ses rangs de sublimes actrices et acteurs...

Tout n'est sans doute pas perdu...

Le climat... serait modifié volontairement ?

Publié le mercredi 11 juillet 2007 (par Dominique)

Nous sommes de plus en plus souvent confrontés aux éléments qui semblent avoir complètement perdu la boule.
Cela pose un grand nombre d'interrogations à chacun.
Un article paru dans le N°123 de la revue MEDECINES NOUVELLES, apporte un regard plus vaste que celui qui est couramment répandu sur la question de la manipulation du climat.
Je retranscris ici l'intégralité de cet article paru dans le dernier numéro de cette revue qui n'a, à ma connaissance, aucune fenêtre sur internet.
Le titre de l'article dans la revue est :
“Est-ce le climat, ou les hommes qui deviennent fous ?”
Car au delà des techniques de modifications climatiques, une question reste entière : quelles sont les conséquences sur la santé et sur l'avenir de notre planète ?

Vous trouverez cette revue en kiosque (revue trimestrielle) ou par courrier : Société JAG - BP 19 - 14360 Trouville-sur-mer.

Lire la suite