… Et ce, un peu plus chaque jour qui passe depuis plusieurs mois.

On ne compte plus les humiliations, les critiques du Président Emmanuel Macron envers le peuple dont il est le représentant, ce qu'il semble avoir totalement oublié, ou simplement ne l'a t-il jamais envisagé sous cet angle.

De fait, cet homme viole régulièrement la constitution du pays qu'il représente et dont la charge, qu'il a acceptée, lui impose de préserver l'intégrité du pays, de ses acquis, ses biens, sa population.

Population, qu'il insulte, humilie régulièrement depuis la France et même depuis l'étranger, sans jamais exercer son droit de réserve, indispensable et inhérent à sa charge. Il cherche à museler la population Française, voulant lui interdire le droit de manifester, le droit de s'exprimer véritablement, il l'agresse indirectement par les ordres données aux services de police/services d'ordre et la paupérise chaque jour un peu plus, non seulement avec de nouvelles lois sur la fiscalité et le travail, mais aussi par l'accroissement du démantèlement systématique des services publics, des grandes entreprises…

Je vous invite à visiter la page du site de l'UPR où Mr François Asselineau fait un point très précis, très fourni et très clair de la situation actuelle de notre pays, qui se trouve en réalité sous la coupe de l'Europe et plus spécifiquement de la coalition entre Emmanuel Macron et Angela Merckel.

Vous pouvez télécharger ici ou depuis le site de l'UPR un document d'une vingtaine de pages pour nourrir votre réflexion et votre discernement.

Il y a urgence pour l'avenir de notre pays, la FRANCE,
l'avenir de nos enfants et l'avenir de la démocratie.

Il est temps que les Gaulois se réveillent,
fassent entendre leur voix
et exercent leurs droits constitutionnels.

Une destitution en bonne et due forme dans le calme et la réflexion
vaut mieux qu'une révolte, fruit de l'exaspération et de l'épuisement.


Pour conclure ce billet cette citation particulièrement avisée
du Président John Fitzgerald Kennedy :
Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible,
rendront une révolution violente inévitable.


C'est bien le point où le peuple de France arrive, après bientôt 4 mois d'une révolte pacifique, qui se heurte systématiquement aux sarcasmes, à la répression, à l'indifférence de la part du gouvernement en place.
Gouvernement, qui de toute évidence fait son maximum, pour qu'éclate cette révolte violente, qui lui permettrait de déclarer l'état d'urgence et donc de mettre en œuvre une répression beaucoup plus musclée qui serait cette fois de l'ordre de la dictature, puisqu'en négation totale de la voix du peuple.