Regards

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

De belles images pour mieux voir

Publié le mercredi 20 avril 2011 (par Dominique)

Je visite souvent le site : Sos-Planète, www.terresacree.org

Il véhicule beaucoup des réflexions profondes, d'informations utiles et un amour de la Terre, du Vivant que nous devrions tous avoir dans le cœur pour élever notre conscience.

La Terre n'est pas une possession humaine,
la Terre est une planète nourricière de multiples races vivantes
dont il appartient à l'humain de prendre le plus grand soin !!


La beauté de notre planète et la diversité de Vivant qu'elle nous offre chaque jour depuis des millénaires est très bien montré au travers de ce premier diaporama aux images superbes.


Cancion a Pachamama (Chanson à la Terre-Mère)

Les paroles de la chanson :
Nous sommes les fils de notre mère, Les filles de notre terre,
Dans le ventre de la montagne,
Sur l'Arbre de la Vie Les fils et les filles de Pachamama (bis)
Sur la pyramide de tous les temps
A travers les neuf mondes, l'ascension
Dans le ventre de la montagne,
Sur l'Arbre de la Vie Les fils et les filles de Pachamama.
O terre, Terre-Mère
Nous sommes tous des étoiles
Nous sommes tous le vent
Nous allons avec toi dans la Voie Lactée
Père Temps, Mère Terre
Nous allons avec toi Dans la Voie Lactée
Père Temps, Mère Terre
Nous sommes les fils de notre mère
Les filles de notre terre
Dans le ventre de la montagne,
Sur l'Arbre de la Vie
Les fils et les filles de Pachamama (bis)



J'ai rencontré des Guerriers de l'Arc en Ciel lors de mes séjours en Amérique Latine.
Le second diaporama décrit parfaitement leur philosophie.


The Rainbow Warrior (Le Guerrier de l'Arc en Ciel)


Et pour compléter :
Les internautes qui ont fait quelques études classiques, ont certainement lu ce célèbre texte de Platon : L'allégorie de la caverne extraite du Livre VII de La République.
Des hommes sont enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine tournant le dos à l'entrée. De ce fait ils ne voient que leurs propres ombres et celles d'objets loin derrière eux projetées sur un des murs de la caverne.
Cela traduit la pénible accession des humains vers la connaissance de la réalité, et la non moins difficile transmission de cette connaissance.


La caverne de Platon


Je vous souhaite bien du plaisir et peut-être aussi de venir de temps à autre vous informer sur ce site.

Qui gouverne réellement la France ?

Publié le mercredi 20 avril 2011 (par Dominique)

C'est une question que je me pose tous les jours, tant je trouve ineptes, inappropriés, dépourvus du moindre bon sens les décisions prises par notre gouvernement actuel qui se révèle chaque jour être davantage une caricature.

Il est très désagréable et même particulièrement préoccupant de constater que ceux qui nous gouvernent sont totalement à côté de la réalité que vivent les populations qu'ils ont en charge.

Certains choix, certaines décisions sont pour le citoyen lambda totalement incompréhensibles si on ne tient pas compte des coulisses de la politique.

J'ai visionné hier sur Dailymotion la vidéo d'une conférence de Mr François Asselineau, dont je n'avais jamais entendu parler, qui se présente comme le Président Fondateur de l'UPR, un mouvement politique pour l'Union Populaire Répuplicaine.

Je ne m'intéresse pas spécialement à la politique et ne fais partie d'aucun mouvement.
Seul me préoccupe l'avenir de mon pays et de ses habitants.

Cette conférence de 2 heures fait un point très intéressants sur l'histoire de notre pays et sur les positionnements de nos différents présidents de la Vème République.

J'ai décidé une fois de plus de relayer une information qui me semble particulièrement importante pour notre avenir.

Je laisse chacun tirer les conclusions qui seront les siennes, mais je vous invite à écouter en entier cet exposé pour le moins édifiant.


François ASSELINEAU : Qui gouverne reellement la… par geny0607

Pétition qui utilise notre bonne foi

Publié le lundi 4 avril 2011 (par Dominique)

Vous êtes peut-être assez nombreux ces derniers jours à avoir reçu par le biais de personnes sensibles à l'environnement et inquiètes (souvent à juste titre) de voir peut-être une main mise sur les plantes médicinales en avril 2011, une invitation à signer une pétition depuis le site :
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/


J'ai noté beaucoup de choses pas très normales par rapport à ce collectif :
  • Le site defensemedecinenaturelle.eu commence par une video que l'on a pas le choix d'activer, d'avancer ou de mettre en pause.
  • Un message catastrophiste pour nous mettre en condition émotionnellement : “Imaginez votre enfant gravement malade…”
  • Aucune page de présentation, du genre “Qui sommes-nous”.
  • Aucun lien, ne serait-ce que vers l'Alliance for Natural Health (ANH), qui existe vraiment.
  • On a juste droit à une boite aux lettres en Belgique, et à une adresse mail
  • Aucun nom, aucun numéro de téléphone.
  • Aucune trace du “Collectif pour la Défense de la Médecine Naturelle” sur internet. Tout renvoie à ce site qui ne dit rien sur qui ils sont.
  • Le site est entièrement anonyme: pas de nom propre, personne de l'association n'est cité (à part “je m'appelle Christelle”. Christelle comment ?)
  • Les noms des gens censés avoir signé la pétition sont masqués alors que signer une pétition, c'est par essence rendre publique sa position. (comme c'est le cas pour Raoni par exemple).

Serait-ce une sorte d'arnaque qui surfe sur un débat bien réel et complexe (notons que l'Europe n'a rien contre nos tisanes !), qui ne viserait qu'à constituer un immense fichier de contacts de personnes aux tendances bio/alternatives ?
Ce genre de fichier se vend très cher.

Ou encore une multinationale spirituelle, récemment interdite en France, par exemple se cacherait-elle derrière cette manipulation ?

Ce ne sont que des réflexions à haute voix étayées par l'article lu sur ce site :
http://www.cyberacteurs.org/.
Il s'agit de l'article :
Pétition defensemedecinenaturelle.eu, propagande, désinformation… et récupération.
Je vous conseille vivement sa lecture intégrale très instructive.


Tous les efforts vers une vie plus saine et plus consciente attisent l'avidité de certains, et il faut en être conscients, en dérangent d'autres !!!
Ces derniers n'hésitent pas à tirer sur la corde de nos sensibilités pour nous faire craquer et nous identifier.

Faisons fonctionner
notre bon sens et notre vigilance.
C'est VITAL.

La date approche de l'étude de cette question donc il y a beaucoup de mouvements autour, alors que nous ne savons pas grand choses sur la réalité des fondements du débat.

Il devient de plus en plus difficile de démêler le vrai du faux.
En contre partie, on peut aussi dire que c'est un bon moyen pour que les gens ne bougent pas…

Dur, dur l'exercice de discernement !!

Pour vous aider dans ce délicat exercice le texte très clair et très précis de Sylvie Simon que vous trouverez à cette adresse : http://www.liberterre.fr/codex/
ou ici en téléchargement : Non tout ne va pas changer le 1er avril 2011

Il est toujours difficile de s'y retrouver surtout quand on n'a pas lu les textes de base.

Je vous conseille vivement pour éviter de colporter des idées et des peurs erronées de lire les bases de ce codex très clairement formulées sur le site de la FAO : www.fao.org/codex alimentarius

Vous pouvez aussi le télécharger dans son intégralité ici : Textes Codex Alimentarius FAO


**************


Complément au 3 avril 2011

Vous trouverez ici en téléchargement l'intégralité du mail envoyé par le Collectif pour la Protection de la Santé Naturelle qui fait une mise au point sur les divers mouvements soulevés par leur vidéo présente sur le site, mentionné en tout début de ce billet.
Pétition en faveur des Plantes Médicinales : l'Ouragan sur Internet

Bonne et fructueuse lecture…

Les lendemains qui chantent

Publié le lundi 4 avril 2011 (par Dominique)

Je viens de recevoir ce texte de l'archéologue et écrivain, Fred Vargas.

Il sonne tellement juste que je le reproduis dans son intégralité.

Nous y voilà, nous y sommes.

Depuis 50 ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis “nous”, entendons un quart de l'humanité, tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.

Mais nous y sommes.
À la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.
“On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ?” demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi ou crevez avec moi.

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux.

D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).
S'efforcer.
Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.

Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
À condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut-être.

À ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
À ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.


La forêt tropicale humide

Publié le samedi 2 avril 2011 (par Dominique)

Les visiteurs réguliers de ce blog connaissent mon intérêt pour l'Amérique Latine et l'Amérique Centrale conjugué à celui pour les plantes et la forêt amazonienne.

Je viens de découvrir un documentaire réalisé sur la forêt tropicale humide réalisé par l'association Exode Tropical, portée par Marie-Anne Bertin et Sylvain Lefebvre.
Ils ont tourné pendant une année en Équateur, au Pérou, au Guatemala et au Costa-Rica pour réaliser leur son premier film : “La forêt sous les tropiques”.

Canope
La canope, Photo de l'association Exode Tropical

Ce tournage s'inscrit dans l'actualité des années 2010 et 2011 qui sont centrées respectivement :
2010 : l'année internationale de la biodiversité.
2011 : année internationale des forêts.



Il faudra attendre septembre 2011 pour la sortie du film.
En attendant vous faites un tour sur leur site pour avoir grâce au portfolio et aux fiches pédagogiques une idée de ce vaste projet.

Singe Saimiri
Singe Saimiri, Photo de l'association Exode Tropical

Il y a une volonté pédagogique pour aider à la compréhension de l'écologie générale des forêts tropicales, qui sont bien différentes de nos forêts occidentales. Les espèces végétales et animales sont remarquables par leurs diversités et il est urgent de préserver ces écosystèmes si particuliers.

La variété de cette forêt s'exprime par :
  • Le nombre d'espèces qui y vivent.
  • La faune diurne et nocturne particulière à cette forêt tropicale.
  • L'existence de différents types de forêts tropicales.
  • Les différences entre une forêt primaire et secondaire.
  • L'importance de la canopée.

Gommier Rouge
Le gommier rouge, Photo de l'association Exode Tropical

Toutes ces questions et les exemples filmés renforcent l'importance primordiale de préserver aujourd'hui ce patrimoine.

La bande annonce :



**************


26 mars 2012

Sylvain vient de déposer un commentaire sur ce billet et signaler la sortie imminente du DVD concernant ce documentaire que je vous avais signalé comme le site où ils présentent leur travail.

Le documentaire court-métrage a été primé au concours de films amateurs du Festival Nature de NAMUR 2011.
Il est actuellement présélectionné au concours de films amateurs du Festival de l'Oiseau d'ABBEVILLE d'avril 2012.

Souhaitons leur bonne chance pour cette nouvelle diffusion.

En voici un extrait supplémentaire de court-métrage que vous pouvez d'ors et déjà réserver sur cette page.