Regards

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Amazonie Péruvienne

Publié le mardi 28 avril 2009 (par Dominique)

En mai dernier, je partais à nouveau pour le Pérou, premier pays d'Amérique Latine que j'ai visité en 2005.

Mon projet n'était plus la découverte touristique d'un pays, mais de pénétrer plus profondément la connaissance du pays et des gens. À cela s'ajoutait le désir de travailler avec un ou des chamanes sérieux pour approfondir, entre autre mes connaissances et mon approche des soins par les plantes.

Quand j'avais lu en 2004 le livre de Corine Sombrun, Journal d'une apprentie Chamane, qui relate assez fidèlement son expérience au Jardin Botanique de Sachamama près d'Iquitos, avec Francisco Montès, je me suis immédiatement dit : c'est avec lui que je veux apprendre.

Le Jardin Botanique de Sachamama
Un des bâtiments du jardin Botanique de Sachamama en pleine forêt tropicale.


En septembre 2007 Don Francisco Montès Shuna est venu faire des conférences, des soins et des ateliers de parfums en Avignon !
Quand le Pérou vient à domicile, c'est difficile de résister.
La rencontre rapide avec Francisco a été déterminante.
La présence à ses côtés d'une collaboratrice française, Rachel Willay, parfaitement bilingue est un atout qu'on ne laisse pas filer non plus, quand, comme moi, la langue espagnole s'apprend au fil des voyages…
De nombreux échanges par email m'ont permis de préciser mes buts et d'organiser mon voyage.
Car cette fois rien d'organisé par un voyagiste, pas de logistique prise en charge par une personne avertie connaissant bien le pays.
L'aventure commençait en France…

L'Amazonie péruvienne est très différente du Pérou que j'avais visité : Cordillère Blanche, région de Cajamarca, Lima, le canyon de la Colca, le lac Titicaca et la vallée sacrée des Incas entre Cusco et le Machu Pichu.

L'Amazonie péruvienne, Amazonas, comme on désigne cette région en espagnol, dans sa totalité couvre pratiquement la moitié de la surface du Pérou, mais n'héberge que 5% de la population totale. Elle se situe à l'est de la cordillère des Andes qui traverse le continent comme une colonne vertébrale. Elle se déroule sous des latitudes très différentes entre la zone à l'extrême nord du Pérou à la frontière de l'Equateur, de la Colombie et du Brésil ; et les espaces à la hauteur de Lima, d'Ica, et plus au sud à la hauteur de Cusco près de la frontière bolivienne.
C'est une flore, une faune, un climat et un mode de vie très différent.

Le Jardin de Sachamama est à 18 km au sud d'Iquitos, capitale de la province de Loreto.
Dans la partie nord de l'amazonie péruvienne, avec un climat tropical humide.

l'Amazone
L'amazone vue d'avion en arrivant vers Iquitos.


Le contraste est saisissant pour le voyageur qui arrive à 7h du matin de Lima.
Vous embarquez à la mi mai à Lima à 5h du matin avec une température d'environ 15 degrés la nuit, vous débarquez deux heures plus tard à l'aéroport d'Iquitos dans une atmosphère chaude et humide à 25 degrés. On est littéralement saisi dès l'ouverture de la porte de l'avion.

J'ai découvert Iquitos, la ville la plus importante en nombre d'habitants de l'Amazonie péruvienne dans son ensemble, la seule ville qui ne soit accessible que par avion ou bâteau. C'est une ville exubérante, bruyante, très vivante. Elle a perdu de son prestige acquis pendant la période d'essor du au boum du caoutchouc. Beaucoup de belles demeures de la fin du 19ème siècle sont en piteux état. Il semble toutefois que la ville et la région investissent dans la restaurations de ces anciens bâtiments.

Une artère principale d'Iquitos
Une artère principale d'Iquitos avec son flot de motocarros.


Direction de l'éducation pour la province
Ancien bâtiment qui regroupe les services d'éducation de la Province de Loreto.


Iquitos s'est développé le long d'un coude à 90 degrés du fleuve Amazone qui est assez large à cet endroit de son parcours. Elle a une population très jeune en majorité agée de 15 et 30 ans. Beaucoup de métis et d'indigènes viennent habiter par période dans la ville ou dans le quartier populaire de Belem. Cela leur permet de vendre leur artisanat et d'acheter en contre partie des denrées ou produits dont ils ont besoin dans la forêt.

Une route est en construction pour rejoindre la ville de Nahauta, à quelques 100 kilomètres au sud.

De nombreuses possibilités de voyages, croisières, circuits touristiques, tourisme indigène avec prise d'ayahuasca sont proposés par une multitude de petites agences en ville. Il faut être très prudent car il y a tout et n'importe quoi. Chacun annonce l'exceptionnel !!! qui est loin d'être au rendez-vous malheureusement.

Je suis restée quatre semaines à Sachamama avec quelques incursions à Iquitos pour arrêter de servir de pitance aux moustiques que rien n'arrête dans la forêt. Seules les infâmes spirales vertes chinoises qu'on brule les éloigne un peu. J'avais envie de connaitre un peu la ville et ses habitants, même si ce n'était pas ma priorité dans ce séjour.

l'Amazone
L'Amazone à Iquitos.


Je n'ai pas eu le temps de faire une croisière sur l'Amazone, c'est un bon prétexte pour y retourner… ce fleuve me fascine depuis l'enfance.
Cela aussi j'ai envie de le faire avec des gens qui connaissent bien la région, sont fiables et sérieux. Mon but est de rencontrer, autrement qu'en touriste lambda, les populations qui vivent le long des rives.

Organiser son voyage depuis la France pour se rendre à Iquitos est assez facile. Cela nécessite de passer par Lima, éventuellement faire une escale d'une nuit. Ensuite si vous parlez un peu espagnol, sur place les gens sont très gentils et très serviables. Il y a beaucoup de possibilités de logement à des prix très abordables.

La forêt tropicale est d'une luxuriance impressionnante avec des arbres de dizaines de mètres de haut, des palmiers géants, une variété de flore qui pousse à une vitesse vertigineuse.
Flore Amazonienne
la végétation autour de Sachamama.


Quand on vit en immersion dans la forêt, dans un habitat en bois avec une toiture de palme, on peut observer la faune en la dérangeant très peu : oiseaux, papillons (le fameux papillon bleu), libellules, singes, serpents et lézards…
Lézard
Un lézard


Petit singe amazonien
Un singe me regarde…


Si vous ne craignez pas la compagnie des mygales dans les parois ou cloisons, ou bien des rats dans la toiture qui seront vos colocataires, c'est une expérience passionnante à bien des niveaux.
mygale
ma colocataire brune…


Entendre la vie de la forêt 24 heures sur 24 est déroutant. La nuit est presque plus bruyante que la journée.
La nuit tombe très vite en 15 minutes il fait nuit autour de 18h, le jour se lève plus lentement à partir de 5h30 du matin.
C'est une région ou il pleut pratiquement tous les jours, mais la température reste entre 19 et 25 degrés dans les mois de mai et juin. On peut facilement être en tee-shirt sous la pluie, par contre le linge a beaucoup de mal à sécher, ce qui fait apprécier la civilisation à sa juste valeur avec ses lave-linges et séchoirs pour ramener un linge qui ne sent pas l'humidité avec un zeste de spirale anti-moustiques !!!

Bientôt dans le portfolio, plus de photos sur ce voyage.

Inti Raymi 2008 à Quito

Publié le samedi 25 avril 2009 (par Dominique)

Je profite de l'annonce du rassemblement des Anciens en Arizona pour commencer de mettre en ligne progressivement mon carnet de voyage concernant mon périple en Amérique Latine de l'an dernier.

Un périple d'un mois qui m'a mené de l'Amazonie péruvienne autour d'Iquitos à Quito la capitale de l'Équateur, pour la fête du Soleil, puis dans la cordillère des Andes entre Cusco (au Pérou) et Lapaz (Bolivie).

Si je commence par mon passage à Quito, c'est tout simplement parce que j'y ai rencontré des chamans qui sont présents au rassemblement en Arizona.

En juin 2008, j'étais à Quito, capitale de l'Equateur, pour célébrer la fête du soleil sur le solstice d'été, l'Inti Raymi, en langue quechua de la cordillère des Andes.
En cette année 2008, la célébration se déroulait dans le cadre d'une rencontre internationale des sciences ancestrales andines et des guides spirituels.

Rencontre Internationale Andine
Affiche de la Rencontre Internationale des Sciences Ancestrales Andines


Cette manifestation était une première à Quito, à l'initiative d'Atawallpa Makarios Oviedo, coordinateur général du Mouvement pour la Pachamama. Il a créé et dirige l'Institut Pachamama dans le centre de Quito. Un Institut où il collationne le maximum de connaissances et de savoirs ancestraux liés aux traditions andines de tout le continent sud-américain.
Principaux intervenants du colloque

Une partie des intervenants du Colloque : Adolfo Chambi (Bolivie), Ernesto (Nouveau Mexique), Fidel Torrez Jimenez, ? (Vénézuela), Atawallpa M. Oviedo - le coordinateur - (Equateur), Rosmery Vargas Vilela (Bolivie), Vidal Ayala Sinchez (Pérou), ? (Colombie)

La cordillère, véritable colonne vertébrale de ce continent le traverse du nord au sud.
Malgré l'invasion espagnole, tous les villages des hauts plateaux ont conservé quasi intactes leurs traditions, leurs langues et leurs modes de vie.

Les anciens déplorent une désaffection de plus en plus marquée d'une grande partie des jeunes générations pour tout ce touche aux savoirs, aux croyances, aux pratiques ancestrales. Ils sentent que leurs pratiques et leurs connaissances sont en voie de disparition, tout comme la qualité de vie sur terre.
Le modèle Américain, très proche géographiquement, est très présent dans la vie quotidienne avec la télévision omniprésente dans beaucoup de foyers de la capitale et des grandes villes, mais aussi avec les multiples fastfoods et autres commerces inspiré des USA.
La population de l'Equateur est très jeune, l'âge moyen se situe entre 15 et 30 ans.

Les jeunes générations, veulent tout, tout ce suite, veulent tout ce qui brille, une vie facile, sans se rendre compte de ce que cela implique sur le plan financier, économique et social. Ils rejettent les modes de vie de leurs ancêtres. Des modes de vie plus exigeants, plus rudes, moins attrayants, mais respectueux des rythmes naturels de la terre et des éléments, respectueux des autres. Beaucoup quittent les campagnes pour l'eldorado illusoire des grandes villes.

La connaissance de cette planète, notre Terre d'accueil, la Pachamama, la conscience de nous trouver à un moment particulier de la vie de la planète incite les anciens à se rassembler, à parler de ce qu'il savent et pratiquent depuis toujours par transmission orale, dans le but de transmettre un savoir vital avant qu'il ne soit trop tard.

De nombreux chamanes et guides spirituels venus des différents pays d'Amérique latine (Pérou, Bolivie, Colombie, Equateur, Argentine, Vénézuela), d'Amérique Centrale (Mexique) ont répondu à la proposition de ce rassemblement dans un esprit d'échange et de partage entre le 19 et le 23 juin 2008 à Quito.

Beaucoup ont plus de 70 ans et certains ont fait le trajet dans des conditions souvent difficiles utilisant les lignes de bus régulières parcourant des milliers de kilomètres pour arriver à Quito.

Tous ces pays dans les temps anciens se disaient “fils et filles du Soleil” pas par simple croyance, mais par conscience profonde que leur vie dépendait complètement de l'énergie du soleil, que ce soit pour les cultures, l'élevage…
Tout ce que nous sommes, tout ce qui fait la vie sur terre est rythmé, programmé, dépend du cycle du soleil.

Ces femmes et hommes de connaissance ont tour à tour exprimé ce que représentent la Terre, l'Air, l'Eau, le Feu, la Vie dans son ensemble, dans leurs traditions.
Ils ont aussi rappelé les devoirs de l'humain envers cette Terre Mère, Pachamama, qui les nourrit, les abrite, leur permet de grandir en son sein.
La terre n'appartient pas aux humains.
Ils sont de passage sur une terre d'accueil.
Ils en sont les dépositaires, les gardiens, pour les générations à venir.
Les humains ont le devoir de transmettre ce bien précieux dans les meilleures conditions possibles à leurs enfants et petits enfants.

Ils ont tous beaucoup insisté sur nos responsabilités à chacun, sur l'importance de la conscience à apporter à ce processus de transmission de cette terre d'accueil à nos descendants. Nous sommes tous responsables de la qualité de la Terre que nous transmettrons aux jeunes générations.
Nous avons à les éduquer pour qu'ils aient à leur tour conscience de leur rôle et de leurs responsabilités dans cette chaîne de transmission.

Des cérémonies traditionnelles très fortes de significations et d'engagements, très fraternelles aussi, alternaient avec les colloques.

Une première cérémonie traditionnelle a clôturé le 1er colloque au ministère de la Culture de Quito le 19 juin.

Cérémonie traditionnelle
1ère cérémonie traditionnelle au Ministère,de la Culture de Quito


Le 20 juin au matin une grande cérémonie, la première de l'Inti Raymi, conviviale sur la grande place devant l'église San Francisco réunissait les participants au colloque avec l'Asociacion de Shamanes Naturistas de Pichincha.

Place San Francisco - Quito
Cérémonie traditionnelle Place San Francisco - Quito avec les offrandes à la Pachamama


La cérémonie c'est terminée avec des danses populaires traditionnelles auxquelles tous les habitants et visiteurs présents ont joyeusement participé.

danses populaires

danses Populaires
Danses populaires Place San Francisco - Quito


Le soir nous avons rejoint en voiture le site du Mitad del Mundo, à quelques 20 kilomètres au nord de Quito, pour vivre en pleine nature sur le site du milieu du monde la nuit du solstice en participant à des rituels anciens.

Dans la tradition, l'Equinoxe du 21 mars est le moment le plus important de l'année, il correspond au soleil de feu, alors que le solstice du 21 juin correspond lui, au soleil d'eau.
De nombreuses personnes se rassemblent à partir de 22h sur la montagne pour la veillée jusqu'à l'aube.

Rassemblement au Mitad del Mundo
Rassemblement au Mitad del Mundo


Il fait très froid en cette période de l'année à 2500 mètres d'altitude, il faut prévoir des couvertures chaudes, en alpaga par exemple.

Au matin on assiste au lever de soleil, c'est magnifique.

lever du jour
Lever du jour sur le Mitad del Mundo


Il y a ensuite la célébration du soleil avec des groupes des environs.

Célébrations au Soleil du matin
Célébration du matin - Mitad del Mundo


Le dimanche 22 le colloque était accueilli par la ville d'Agato, près d'Otavalo à une centaine de kilomètres au nord de Quito.

Agato
Célébration de l'Inti Raymi à Agato


Une importante communauté c'est créée dans cette ville pour conserver et perpétuer le savoir des anciens. Il s'agit du Centro de sabiduria Ancestral Pakarinka Sisari. Il est particulièrement agréable d'y rencontrer de nombreux jeunes Equatoriens apportant leur jeunesse et leur enthousiasme à ce projet.

Centro de sabiduria Ancestral Pakarinka Sisari
Centro de sabiduria Ancestral Pakarinka Sisari - Agato


Tout l'après midi il y a eu préparation des ingrédients de la soirée avec beaucoup de chants, de danses et de partages multiples.


préparation de la dernière soirée- Agato


Le point final de cette rencontre était le bain de minuit traditionnel dans la cascade sacrée de Perguche.
De très nombreux équatoriens de Quito et des villages autour d'Otavalo convergent à cette grande fête traditionnelle. Sur tout le trajet entre Agato et la cascade des chants, des danses, des rondes et près de la cascade une véritable kermesse est installée pour l'occasion.

Chants et danses autour de Perguche
Chants et danses sur le chemin de la cascade de Perguche


Les plus courageux se baignent dans le noir. j'ai personnellement trouvé cela trop dangereux avec les pluies des derniers jours les abords étaient particulièrement glissants. Il y a avait un programme de 15 jours de travail et de découverte avec d'autres chamanes. Je n'ai pas voulu prendre de risques inutiles. Les pluies des derniers jours avaient gonflé les eaux aussi même sans se baigner on était bien arrosé !!!

Bains rituels à la cascade de Perguche
Bains rituels à la cascade de Perguche


Au retour nous avons pris à grand regret congé de tous nos amis de ce continent avec lesquels nous avons passé des heures inoubliables.
Nous en avons retrouvé quelques uns en Bolivie à la fin du séjour.

Je ne sais pas si cette année 2009 verra un autre colloque pour l'Inti Raymi.
C'est très différent de vivre cette fête en Équateur que de la vivre à Cusco par exemple comme cela m'était arrivé il y a 4 ans.

Rassemblement des Anciens en Arizona du 18 au 28 avril 2009

Publié le mardi 21 avril 2009 (par Dominique)

L'an dernier, entre la mi mai et la mi juin 2008 je suis partie en Amazonie Péruvienne, découvrir la forêt amazonienne et les médecines des chamans amazoniens, j'ai poursuivi mon voyage en Equateur-Bolivie-Pérou le long de la Cordillère des Andes pour participer à la fête du soleil : l'Inti Raymi en Equateur et rencontrer d'autres chamans des traditions andines.
À cette occasion c'est tenu à Quito une 1ère et très importante réunion des chamans de la cordillère des Andes (Equateur, Bolivie, Pérou) auxquels se sont joints des chamans venus d'Amérique du Nord (Nouveau Mexique) et d'Amérique Centrale (Mexique).
(Je relaterai ce rassemblement dans un prochain billet)

J'ai eu la surprise aujourd'hui sur internet de découvrir un rassemblement des anciens entre le 18 et le 28 avril 2009 en Arizona qui me semble particulièrement important à suivre à suivre, à défaut d'avoir eu l'information à temps pour y aller.

Dans la liste des invités à ce rassemblement j'ai reconnu trois des chamans rencontrés à Quito :

Ernesto Alvarado
Ernesto Alvarado du Nouveau mexique ;


Mariano Pachaguaya
Abuelo Mariano Pachaguaya de Bolivie;


Vidal Ayala Sinchez
Abuelo Vidal Ayala Sinchez du Pérou.


Rassemblement des anciens

Ce rassemblement réalise une importante prophétie Maya : “Quand l’Aigle vole à nouveau avec le Condor, une paix durable règnera sur les Amériques et s’étendra autour du monde pour unir l’humanité.” Il commence le week-end du Jour de la Terre, le 18 avril 2009, sur les terres amérindiennes d’Arizona du nord, le point central du rassemblement va aussi être la 4ème réunion du Conseil Continental des Anciens Indigènes et Guides Spirituels des Amériques.

Les anciens des deux Amériques ont conscience de leur rôle à jouer dans cette période particulière de notre planète. La sagesse acquisse et transmise de générations en générations dans cette partie du globe doit être maintenant révélée de manière plus importante. Elle doit sortir de l'ombre pour ensemencer le monde nouveau vers lequel l'humanité s'achemine.

Le choix de la date est en liaison très étroite avec des calculs savants et précis du célèbre calendrier maya dont on parle beaucoup depuis quelques années à cause de la date butoir qu'il donne comme indicateur de changement de cycle pour l'humanité : le 21 décembre 2012.

Nous sommes à un tournant de l’histoire de l’humanité. Durant les dix jours de cérémonies, prières et célébration, neuf tablettes de pierre vont être amenées au rassemblement, et une nouvelle direction va être gravée dans la pierre par les anciens et les jeunes de même en utilisant des glyphes, symboles et mots ; un groupe de pierres de guidances qui va mettre en lumière l’interconnexion de toutes choses, inspirant l’homme à marcher à nouveau lumineusement sur Terre, et à laisser un héritage pour les futures générations à venir.

Ce rassemblement est particulièrement détaillé à ces adresses internet : www.gardiens-des-etoiles.info/sebastien-mitaut/rassemblement-des-anciens-du-18-au-28-avril
Vous trouverez à cette adresse la traduction fidèle et complète du programme originellement en anglais ou en espagnol de cette manifestation. Sébastien Mitaut donne aussi une traduction très intéressante des données astrologiques de cette période.

Sur ces autres adresses en anglais vous trouverez les informations originales :
www.earthworksforhumanity.org
Là vous trouverez la liste des principaux invités.
Mais aussi la liste de toutes les célébrations reliées à ce rassemblement dont une en France à Marseille : Contact Eleonore - téléphone :0033 + 616 576 199 - Email: contact@decrochezmoica.com
www.instituteforculturalawareness.com
www.spiritofmaat.com

Ce rassemblement est très important, il me semble juste de nous unir en pensée sur cette période à ceux qui seront ensembles sur place, en Arizona.

Je vous laisse lire en détail les informations par vous-mêmes.
S'il y avait trop de difficultés à trouver les informations je les ajouterai en téléchargement sur cette page.