Regards

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Vos Enfants...

Publié le vendredi 27 octobre 2006 (par Dominique)

Ce texte extrait du recueil “Le Prophète” de Khalil Gibran met en évidence des notions que nous oublions trop souvent et qui font qu'au fil des ans les relations entre les parents et les enfants se détériorent.

Lire la suite

Hier, Aujourd'hui, Demain

Publié le vendredi 27 octobre 2006 (par Dominique)

Ce texte d'un auteur inconnu, connait de multiples variantes.
Je vous offre celle-ci qui pour moi sonne juste.

Lire la suite

Encore frissonnant

Publié le vendredi 27 octobre 2006 (par Dominique)

Encore frissonnant
Sous la peau des ténèbres
Tous les matins je dois
Recomposer un homme
Avec tout ce mélange
De mes jours précédents
Et le peu qui me reste
De mes jours à venir.

Me voici tout entier,
Je vais vers la fenêtre.

Lumière de ce jour,
Je viens du fond des temps,
Respecte avec douceur
Mes minutes obscures,
Epargne encore un peu
Ce que j'ai de nocturne,
D'étoilé en dedans
Et de prêt à mourir
Sous le soleil montant
Qui ne sait que grandir.

Jules Supervielle

Diwali, la fête des Lumières

Publié le mardi 24 octobre 2006 (par Dominique)


La date officielle de la fête des Lumières “Diwali” commençait cette année le 21 octobre.

Cette fête très populaire correspond au nouvel an hindou. Elle est célébrée le jour de la pleine ou nouvelle lune de novembre selon les régions de l'Inde.

Comme chez nous à la Noël, les hindous s'offrent des cadeaux et allument un grand nombre de feux d'artifice. Diw'li est une forme contractée transcrite de “Di'pav'li” ou “Deepavali” qui signifie en sanskrit : rangée de lumières.

Elle se situe le dernier jour du calendrier Vikram, l'un des calendriers hindous utilisés par les Indiens du Nord. Le jour suivant est le début de la nouvelle année appelée par les Indiens du Nord “Annakut”.

L'inde du sud utilise un autre calendrier. Dans l'Inde du Sud, la nouvelle année, appelée “Ugadi”, est célébrée en Andhra Pradesh et au Karnataka. Vishu et Varsha Pirappu sont célébrés respectivement à Kerala et Tamil Nadu. Ces trois fêtes sont habituellement célébrées au printemps, en général en mars ou avril.

Diwali se situe en octobre ou novembre dans notre calendrier grégorien, toujours un jour de nouvelle lune. La date précise de la nouvelle lune change suivant la position géographique, mais aussi tous les ans, la date dela fête peut, elle aussi, changer selon les continents.

De même la signification de cette fête varie d'une région à une autre.

En Inde du nord, la légende stipule que les dipavalivas ont fêté le retour du Rama, roi de Ayodhya, de sa femme Sita et de son frère Lakshmana à Koshala après une guerre au cours de laquelle il tua le démon Ravana. Le jour tombant, les gens dont il croisa le chemin allumèrent des lampes pour illuminer leur chemin.
Au Goudjerate, le festival honore Lakshmi, la déesse de la richesse et au Bengale, il est associé à la déesse Kali par la commémoration de la mort de Narakasura, un mauvais démon tué par Kishna.

Quelle que soit le prétexte de la célébration, toutes célèbrent le renouvellement de la vie et la destruction des forces du mal.

Cela entraine pour les hindous, jeunes et vieux, pauvres comme riches, de porter des vêtements neufs le jour de la fête et de partager sucreries et gâteaux avec tous, et faire exploser des pétards et feux d'artifices (qui ont malheureusement souvent occasionné des morts).

Dawili annonce l'approche de l'hiver et le début de la saison d'encemencement.

Cette année la date est le 21 octobre, en 2007, la date sera aux environs du 9 novembre.

Cette période a déjà été utilisée dans le passé pour son symbole victorieux.
Elle est particulièrement importante pour les Sikhs, car en 1620, pendant le temps de Dawili, le 6e gourou, Hargobind Singh, obtint la libération de 52 princes hindous qui avaient été emprisonnés à tort dans le fort de Gwallior par les dirigeants de l'Empire Mughal. Le temple doré fut illuminé pour accueillir la libération du gourou Hargobind Singh et les sikhs depuis lors ont perpétué la tradition.

Vous trouverez un article intéressant sur ce sujet : http://www.elishams.org/article.php3?id_article=308

Cette année les 13 grands-mères Indigènes (dont j'ai parlé dans un précédent billet) étaient à Dharamsala et participaient à cette fête au côté du Dalaï Lama. Il a prévu de les recevoir. Pour lui la pérénité et la transmission des traditions et Connaissances aux jeunes générations est primordial. Il est soucieux de les préserver de part le monde.

Grand-mères indigènes - Inde
Les 13 grand-mères indigènes à Dharamsala - octobre 2006

Grand-mères indigènes - Inde
Les 13 grand-mères indigènes avec l'oracle - octobre 2006

Cette volonté l'avait incité à réunir le “Cercle des Anciens” en avril 1997. Un livre relate cette rencontre et transmet l'essentiel de son contenu : “Le cercle des Anciens” de Patrice Van Eersel et Alain Grosrey chez Albin Michel - ISBN 2-226-10021-0

Belle fête des Lumières à tous !

Danger, OGM !

Publié le mardi 17 octobre 2006 (par Dominique)

Je reproduis ici une alerte publiée sur le site de Yahoo.

Lire la suite

Les tibétains

Publié le lundi 16 octobre 2006 (par Dominique)

Alors que je signalais la visite des Grands-Mères Indigènes à leur “soeur tibétaine” ainsi qu'au Dalaï Lama, voilà qu'une triste nouvelle vient me rappeler les conditions terribles auxquelles le peuple tibétain est confronté depuis l'invasion de leur pays par les troupes chinoises.

Le 30 septembre dernier, une équipe roumaine de tournage se trouvait à la frontière entre les deux pays, sur les hauteurs hymalayennes à plus de 5.000 m d'altitude.

Selon l'équipe de vidéo, environ 75 tibétains (hommes, femmes et enfants) tentaient de fuir leur pays et de rejoindre Katmandou, au Népal. Le caméraman affirme avoir vu s'effondre une personne, puis une seconde, il découvrait dans le même temps un groupe de militaires chinois fusil au poing.

Le gouvernement chinois est sur la défensive, bien sûr, affirmant que “si les faits s'avèrent véridiques, une enquête aura lieu.”

Le Dalaï Lama informé de l'incident déplore cet état de fait qui dure depuis plus de 50 ans. Entre 1950 et 1980 plus d'un million de tibétains seraient morts dans des conditions similaires.

Le peuple tibétain ne fait pas de bruit, il demande simplement l'asile à son voisin indien.

Il ne fait aucun prosélitisme, ne se plaint jamais.

Ne l'oublions pas pour autant.
L'information a été relatée sur radio-canada, mais dans la grande presse internationale, n'en a rien dit.
Cela fait partie de la “Non-information” caractérisée qui alterne avec la “désinformation”.

Les 13 Grands-Mères Indigènes

Publié le vendredi 13 octobre 2006 (par Dominique)

Il est de plus en plus question d'un passage d'une ère “patriarcale” à une ère “matriarcale”.

Cela est visible dans les faits politiques où il est aisé de constater, ces dernières années, de plus en plus de femmes occupent des postes de ministres, chefs-d'états, représentation de communautés...

17 “Grands-Mères” ont été contactées individuellement par courrier, il y a quelques années sur tous les continents, 13 ont répondu à cet appel depuis le cercle arctique, le nord, le centre et le sud des Amériques, d'Asie, d'Afrique. Nul ne sait qui sont les 4 autres et pourquoi elles n'ont pas répondu.

Elles se sont réunies pour la première fois entre le 11 et le 17 octobre 2004 à Phoenicia dans l'état de New-York aux USA, venant des 4 coins de la terre pour se rassembler sur le territoire de la confédération des Iroquois.

Femmes de prière et femmes d'action, elles sont reliées à notre Terre-Mère par leurs pratiques traditionnelles. Ancrées dans le monde d'aujourd'hui en bénéficiant des enseignements et de la sagesse des anciens de leurs traditions respectives, elles sont au service des leurs depuis l'enfance.

Elles ont affirmé leur reliance avec la médecine traditionnelle de tous peuples et communautés de la Terre et avoir été rassemblées pour mettre en oeuvre une vision commune pour une alliance globale.

Grand-Mères indigènes


Je leur laisse la parole définissant le sens de leur Union et de leur Action :
“NOUS, LE CONSEIL INTERNATIONAL de TREIZE GRANDS-MÈRES INDIGÈNES, représentons une alliance globale de prière, d'éducation et de guérison pour notre Mère la Terre, tous ses habitants, tous enfants, et pour que les sept prochaines générations à venir.

Nous sommes profondément concernées par la destruction sans précédent de notre Terre-Mère, la contamination de l'air, des eaux et des sols, les atrocités des guerres, le fléau mondial de pauvreté et de faim, la menace nucléaire, le culte du matérialisme, les épidémies qui menacent la santé des peuples de la terre, l'exploitation des médecines indigènes à des fins de profit et la destruction des modes de vie indigènes.

Nous croyons que les enseignements de nos ancêtres éclaireront notre chemin dans ce futur incertain.

Nous nous unissons à tous ceux qui honorent le Créateur, et à tous ceux qui travaillent et prient pour nos enfants, la paix dans le monde et la guérison de la terre.”


Voici les 13 Grands-Mères indigènes :
  • Aama Bombo - Tamang - le Népal
  • Margaret Behan - Arapaho/Cheyenne - Montana, États-Unis
  • Ik de Rita Pitka Blumenstein - de Yup' - cercle arctique, États-Unis
  • Julieta Casimiro - Mazatec - Huautla de Jimenez, Mexique
  • Maria Alice Campos Freire - forêt tropicale amazonienne, Brésil
  • Flordemayo - maya - montagnes de l'Amérique Centrale/du Nouveau-Mexique
  • Tsering Dolma Gyaltong - Tibét
  • Beatrice Long Visitor Holy Dance - Oglala Lakota - collines noires, le Dakota du Sud, États-Unis
  • Rita Long Visitor Holy Dance - Oglala Lakota - collines noires, le Dakota du Sud, États-Unis
  • Agnes Baker Pilgrim - Takelma Siletz - passage de concessions, Orégon, États-Unis
  • Mona Polacca - Hopi/Havasupai/Tewa - l'Arizona
  • Bernadette Rebienot - Omyene - le Gabon, Afrique
  • Clara Shinobu Iura - forêt tropicale amazonienne, Brésil


Actuellement au Tibet pour leur 4ème rassemblement entre les 11 et le 26 octobre 2006, elles seront reçues par Le Dalaï Lama à Dharamsala lors des cérémonies de la Fête de la Lumière, pendant laquelle l'Inde toute entière honore la Mère Divine.

Actuellement peu d'informations en français sur ce mouvement pourtant très important pour l'avenir de la Terre et de l'Humanité.

*************

Je profite du commentaire de Cathy pour modifier ce billet.

La vidéo que j'avais incluse quand j'avais publié ce billet n'existe plus.
Un film vient d'être tourné sur le travail et la mission des 13 grands-mères indigènes.
Je vous propose la la bande annonce de ce film qui pour l'instant est uniquement en anglais.


For the Next 7 generations - Pour les 7 générations à venir.

Communiquer...

Publié le vendredi 13 octobre 2006 (par Dominique)

Voilà quelques jours, j'invitais les internautes qui passent sur mon blog à partager leurs impressions et/ou informations complémentaires ou même contradictoires sur les sujets que j'aborde.

Les sujets que j'aborde, comme les idées que je développe sont les miennes dans l'instant où je les propose au partage. Elles n'engagent que moi et sont le reflet de ma vision instantanée du monde qui m'entoure.

Les jours passent et la communication est toujours aussi peu active, l'échange inexistant.

J'ai tout à fait conscience qu'il ne suffit pas d'ouvrir un espace de communication pour que celle-ci fonctionne, certes, mais cet état de fait me semble aussi très significatif de notre époque.

Les moyens de communiquer sont de plus en plus nombreux et performants sur le plan technologique.
Il est devenu très facile de rester en contact avec des proches ou amis partis à l'autre bout de la planète, de rentrer en relation avec des inconnus via un forum ou un site.
Mais dynamiser la communication reste très aléatoire.
Il n'est plus question de moyen technologique, mais de la capacité et du choix de chacun de s'impliquer, de prendre position, de s'exprimer.

Les espaces existent, l'humain ne les utilise pas forcément.
C'est ainsi qu'une ouverture de dialogue se poursuit en monologue...

Je suis consciente de la multitude des sollicitations qui nous submergent chaque jour et nous laissent envahis, débordés de toutes parts. Un trop plein de matières entraine que tout file, emporté par le flux incessant de nouvelles toujours plus nouvelles. Il nous rend passif souvent, las de tant de choses à faire qu'il n'y a plus d'espace pour se poser et simplement être.
Mon “attente” s'incrit alors, sans doute comme une surcharge, là, où la coupe est déjà pleine à ras-bord.

De nature optimiste et attentive je laisse le temps au temps...

A vous qui passez en visite...

Publié le mardi 3 octobre 2006 (par Dominique)

... sans laisser de traces.

Illustration Dominique de Mestral - “Letres à l'intime de soi” de Jacques Salomé

Les statistiques indiquent que mes pages sont visitées et pour autant aucun visiteur ne laisse de commentaire.
Cela m'interpelle.

J'espérai un blog vivant, établissant un dialogue, une ouverture, un espace d'échange.

C'est dans cet esprit que j'ai entrepris cette démarche, un peu complexe pour mes connaissances en informatique.

Apporter un regard souvent un peu différent en contrepoint de celui communément diffusé par les medias sur des sujets qui nous concerne tous pour stimuler les échanges, glaner d'autres regards, ouvrir l'horizon.

Je m'attendais à des réactions.

Aucune...

Alors je m'interroge sur ce silence.

Nous sommes complètement submergés par un nombre d'informations répétitives, à ce jour totalement ingérable individuellement. Tant d'évènements nous sont relatés sans nous concerner directement. Cela nous révèle impuissants face à ce qui se passe sur terre à côté de nous, mais quand même trop loin pour que nous puissions tenter une action véritablement efficace.

Tellement de choses sont dites, écrites qu'on hésite souvent à se positionner avec le sentiment d'alourdir le fardeau.

Notre époque est sous le signe des outils de communication et justement communiquer est devenu l'exercice le plus difficile à réaliser.

Je vous invite à déposer vos commentaires, vos ressentis, votre vision sur ce que je propose.

Un texte vous a plus ou au contraire vous a choqué, interpellé, l'invite à la lecture d'un ouvrage vous fait rebondir sur une de vos lectures, n'hésitez pas à partager, apportez des compléments, une contradiction...

Cela sera un enrichissement pour tous.