Regards

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Quand les riches qui gouvernent, exploitent les populations qu'ils ont en charge.

Publié le dimanche 29 septembre 2013 (par Dominique)

La méconnaissance de la vraie vie de la part des politiques est de plus en plus flagrante.
Au lieu d'aider les populations, de gérer intelligemment leurs besoins vitaux, ils les exploitent par tous les moyens en leur pouvoir.
On le savait, ces politiques, technocrates, bureaucrates de tous poils, n'ont pas du tout les mêmes vicissitudes que leurs administrés au quotidien.
Ils ne rencontrent jamais les mêmes problèmes de fin, voire de début de mois actuellement.
Ils ne sont JAMAIS confrontés aux mêmes difficultés professionnelles et administratives.

Pire même, car c'est bien connu, on ne prête qu'aux riches, ils reçoivent (alors qu'ils n'en ont ABSOLUMENT pas besoin) nombres de cadeaux coûteux et nombre d'avantages qui aideraient simplement à vivre, ceux qui en ont vraiment besoin !!

La plus part du temps comme ils ne touchent pas des salaires, mais des indemnités, ils ne sont pas imposables sur les sommes mensuelles particulièrement importantes qu'ils touchent sur les deniers du pays, autant dire, directement dans nos poches.

Leurs retraites dorées, au-delà du confortable, ne sont pas du tout calculées sur les mêmes bases que celle des travailleurs qui les nourrissent, car c'est bien de cela qu'il s'agit. TOUS ces gens qui n'ont JAMAIS travaillé dans une entreprise, qui sont passés de l'école à un bureau dans l'administration, vivent à nos crochets tout au long de leur misérable vie de pique-assiettes.

Il serait URGENT de leur faire vivre pendant un mois les conditions de vie particulièrement inacceptables qu'ils imposent aux administrés qui les nourrissent ! Mais, pour moi, ce stade est dépassé, c'est trop tard ! Dommage.

Dans leur méconnaissance profonde de la vraie vie, sans réflexion aucune, juste dans un désir ponctuel de gagner plus tout de suite, ils osent modifier les tranches d'impôt des personnes qui déjà ne touchent même pas un minimum vital décent, et qui, de ce fait, se trouvent imposées sur leurs maigres revenus.
C'est le cas cette femme de 100 ans qui a vu le fisc lui fêter son 100ème anniversaire d'une drôle de manière :
lui faire payer un impôt de 135 euros, alors qu'elle n'avait jamais eu à en payer depuis sa mise à la retraite.

Ces politiques arrogants et ignares n'ont même pas percuté qu'en devenant imposable cette personne perdait simultanément son allocation logement (APL), qu'elle devait payer la redevance TV et s’acquitter de la CSG de sa caisse complémentaire. Pour elle, cette nouvelle disposition, représente une perte importante de son pouvoir d'achat global et de son pouvoir vital !
Voir le bref, mais non moins édifiant, article sur le site du journal Notre Temps.

Par cette décision inepte, ils la plongent dans la précarité, comme beaucoup d'autres personnes ayant le même statut.
Ils sont assez stupides pour ne pas voir que ces personnes consommant moins, c'est autant de TVA en moins qui rentreront dans les caisses de l'état pour un nombre important de citoyens. À croire que seuls les citoyens savent que les petits ruisseaux font depuis toujours les grandes rivières !! Or la population de nos pays occidentaux actuellement vieillissante est particulièrement génératrice de services, et donc, d'emplois.

Toutes ces personnes âgées ont besoin d'aide et de services multiples.
Avec cette nouvelle grille d'imposition, nombre d'entre elles ne pourront plus faire appel aux aides sources d'emplois et de salaires.

Au bout du compte beaucoup de personnes ne consommeront plus.
Par voie de conséquence, ce seront BEAUCOUP de petites mais nombreuses recettes en moins,
et en bout de chaine, encore des emplois en moins…

C'est un système extrêmement efficace pour détruire totalement l'économie d'un pays.

C'est ce qu'ils sont en train de faire, RÉFLÉCHISSEZ, INFORMEZ-VOUS !
Il est URGENT que tous les citoyens de ce pays se réveillent !

Il est URGENT d'éradiquer définitivement tous ces INCAPABLES
qui prennent des décisions totalement inappropriées
et contraires aux besoins vitaux des populations.

Il est URGENT que les populations exercent véritablement
leur citoyenneté en prennant enfin les rênes de leur destin
et de ce pays, qui, bientôt, sera un pays de SDF !

Jean-Luc Mélanchon à la fête de l'humanité 2013

Publié le samedi 28 septembre 2013 (par Dominique)

Monsieur Melanchon ne fait pas partie des personnes politiques que j'affectionne particulièrement, mais sa conférence donnée à la fête de l'humanité le 14 septembre 2013 est particulièrement percutante et ses propos doivent vraiment être entendus par TOUS les français.

Sa vision de la situation de notre pays est particulièrement claire et précise.
Il nous montre à quel point, nous, la population, ne comptons que pour l'argent que le gouvernement peut nous extorquer à l'insu de notre plein gré !!
C'est ATTERRANT !

La conférence est un peu longue (1h25)…, mais vous apprendrez beaucoup sur la situation économique et politique de notre pays comme sur les causes et les conséquences des engagements dramatiques de nos gouvernements pour l'avenir de la souveraineté de notre pays qui n'est plus aujourd'hui qu'un lointain souvenir.

Ce discours dans un langage très différent du consensus des “merdias”, a l'avantage de dire ce qui est, et ce que le gouvernement nous cache.

Il vient un temps où nous devons ouvrir les yeux et les oreilles pour décider de ce que nous pouvons ou non accepter.
Il est temps de prendre conscience avec le recul, que TOUS les présidents de notre république successifs depuis Valéry Giscard d'Estaing, n'ont fait que mieux nous inféoder progressivement aux dictats des USA.

NOUS SOMMES Français,
nous devons défendre notre souveraineté, nos valeurs,
notre indépendance de pensée et de décision,
qui ont fait pendant des siècles de la France
un pays de référence sur le plan international
.


Phénomènes climatiques en juillet 2013

Publié le mercredi 11 septembre 2013 (par Dominique)

Mon but sur ce blog n'a jamais été de tenir des propos catastrophistes, mais cette vidéo regroupant l'ensemble des évènements marquants qui se sont produits dans le mois de juillet 2013 en divers points de notre planète est pour le moins interpellante.



Évènements climatiques extrêmes


Si je suis consternée par les images et le nombre d'évènements apocalyptiques montrés sur la vidéo, je ne partage en rien la vision biblique inscrite à la fin de la vidéo.

Personnellement je n'ai pas vu que la moitié de ces évènements pourtant ÉNORMES aient été relatés par les médias dans le mois de juillet écoulé, seulement quelques uns d'entre eux.

Il me semble utile de prendre conscience de l'ampleur de ce qui se passe sur un plan géophysique et climatique sur notre planète pendant que nos marionnettes gouvernementales cherchent à faire la guerre alors que les populations, elles, ne veulent que la paix, manger à leur faim, cultiver leur jardin et vivre tranquillement au près de ceux qui leurs sont chers.

Les conséquences de Fukushima sur les océans

Publié le vendredi 6 septembre 2013 (par Dominique)

Un autre sujet sur l'eau...
Notre vie, voire, aujourd'hui, notre survie sur cette terre, dépend de la quantité et de la qualité de l'eau, douce comme salée, qui permet et entretien l'écosystème si particulier de notre belle planète.

Régulièrement les medias nous signalent que la centrale continue de fuir dans l'océan, et les dirigeants de Tepco, à grands renforts de courbettes se battent la coulpe, s'excusant... de n'avoir toujours rien fait du tout, et d'être très, très,très désolés…
On peut se poser la question : aux ordres de qui sont-ils véritablement ?

Bref un cinéma sinistre, sans doute preuve à la fois d'une totale incapacité à gérer les dommages du 13 mars 2011, mais, aussi une volonté déguisée de destruction d'un pays. (ceci n'engage que moi…)
En toute circonstance : Toujours chercher à qui profite le crime.

Je vous souhaite de fructueuses recherches sur ce point.

Pour nourrir votre réflexion sur ces points, je reproduis ici l'article éloquent de bistrobarblog avec les deux vidéos qui l'accompagnent.

Ken Buesseler est océanographe, maître de recherches en chimie marine et géochimie à l'Institut Océanographique de Woods Hole (WHOI), Massachusetts, et titulaire d'un doctorat en chimie marine obtenu via un programme joint du WHOI et du prestigieux MIT.

Il commence par nous présenter des données qui peuvent surprendre : les radionucléides d'origine naturelle présents dans les mers et océans, principalement le potassium 40 et l'uranium 238, représentent une quantité globale 150.000 fois plus importante que les matières radioactives crées par l'homme, tous chiffres confondus ! Il ne faut pas oublier que notre planète est majoritairement composée d'océans, d'où ces chiffres impressionnants…

Il nous décrit ensuite l'expédition qu'il a organisée suite à l'accident de Fukushima, pour aller y relever les niveaux de contamination de l'océan. Étudiant également les données fournies par TEPCO, l'opérateur de la centrale, ils ont trouvé des chiffres alarmants pour les premiers jours des rejets dans l'océan : plus de 50 millions de becquerels (de désintégrations radioactives par seconde) par mètre-cube. C'est 500.000 fois plus que les plus fortes contaminations océaniques causées par l'accident de Tchernobyl. Ces chiffres ont très rapidement décru, pour repasser après environ 6 mois sous la barre des 8000 becquerels/m3, limite tolérée pour l'eau potable aux États Unis. Par contre depuis, le niveau de contamination de l'océan près du Japon ne baisse que très lentement, beaucoup moins vite que prévu. Cela indique clairement que depuis le début de l'accident, une ou plusieurs sources de contamination de l'océan persistent. C'est pourquoi la pêche reste interdite dans 5 préfectures, car les poissons, bien qu'ils éliminent la moitié du césium qu'ils absorbent en 50 jours en moyenne, y dépassent encore la limite légale des 100 Bq/kg de césium, principalement les poissons de fond et les poissons d'eau douce. En janvier 2013, pas de changements spectaculaires.

On apprend également que le césium et autres matières radioactives ont mis environ 1 an pour atteindre les 180° de longitude, la moitié du chemin vers les États Unis. On annonce maintenant qu'elles devraient y parvenir en 2014.

Depuis cette vidéo, 5 mois se ont écoulés, et Fukushima refait surface dans les médias : Augmentation continuelle des taux de radioactivité dans les eaux souterraines au niveau de la centrale et de son port, aveu par l'exploitant TEPCO que depuis le début de l'accident, c'est par centaine de m3 QUOTIDIENS que les eaux souterraines dévalant sous les bâtiments, y pénètrent par les soubassements transformés en passoires, se mélangent aux tonnes d'eau injectés pour refroidir ce qui reste des réacteurs, se contaminent très probablement au contact des coriums issus de la fusion des cœurs des réacteurs, et s'en échappent pour aller se déverser naturellement dans l'océan.

Pour faire bonne mesure, on nous annonce que, fuyant probablement depuis plus d'un mois, un réservoir parmi des centaines d'autres d'un même modèle “économique” prévu pour tenir 5 ans, même pas équipé d'une jauge, a laissé échapper 300 tonnes d'eau fortement radioactive, causant un nouvel accident classé officiellement niveau 3 sur l'échelle INES.

Avec l'espoir imbécile d'empêcher l'eau de se déverser dans l'océan (ou acculé par la pression des événement à l'obligation de “faire quelque chose”), TEPCO avait commencé à bâtir un mur étanche entre la mer et les réacteurs, et à solidifier le sol par injection de produits chimiques. Résultat, dans un des forage de vérification du niveau des eaux souterraines, on est par moments à 10 centimètres sous la surface du sol…

Quelle sera la situation dans 6 mois, dans un an ??

Bienvenue à Fukushima Daiichi, très officiellement en état d'arrêt à froid et donc situation totalement sous contrôle depuis DECEMBRE 2011 !

Vidéo réalisée à l'occasion du symposium “The Medical and Ecological Consequences of the Fukushima Nuclear Accident” (Conséquences médicales & environnementales de l'accident nucléaire de Fukushima) organisé par la fondation Helen Caldicott les 11 & 12 Mars 2013 à New York.

Les impacts océanographiques de Fukushima - Ken Buesseler 11 mars 2013



J'ajoute une vidéo qui montre la progression de la pollution radioactive de l'océan Pacifique depuis le début de l'accident nucléaire et pour les années à venir. Ne pas oublier, bien sûr, que toutes les mers sont reliées. L'alarme est jetée aux US pour la consommation des produits de la pêche du Pacifique.

Diffusion du césium de Fukushima dans le Pacifique - avril 2012



Explications en complément de la présentation de cette vidéo sur youtube :
Voici une étude de scientifiques de la GEOMAR - Centre Helmholtz pour la Recherche Océanique de Kiel (Allemagne), et de la NOAA, Administration Nationale des Océans et de l'Atmosphère (Etats-Unis).

Elle nous présente une simulation informatique de la diffusion du césium 137 issu de la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011 dans l'océan Pacifique, sur une durée de 5 ans.

Bien que n'étant pas scientifique moi-même, je pense qu'il faut préciser qu'il ne s'agit là que d'une estimation, basée sur un modèle complexe, certainement performant, mais donc soumis à de nombreuses possibilités d'erreurs et approximations éventuelles. Je vois ensuite plusieurs raisons de ne pas prendre cette représentation au pied de la lettre :
  • Il s'agit d'un travail proposé en mars 2012, donc bien avant de connaître les chiffres actuels sur les valeurs et durées de rejets radioactifs maritimes de Fukushima.
  • Il s'agit de déplacements à la surface de l'océan. Qu'en est-il des courants sous la surface, causant un brassage des masses d'eau certainement non négligeable ?
  • Les radionucléides sont souvent des éléments lourds, qui finissent par se déposer sur les fonds marins et s'y incorporer. Ils ne vont certainement pas rester à flotter en surface indéfiniment.

Cette animation m'a toutefois semblé intéressante, du fait qu'elle table sur des délais plus longs que ceux exposés dans la vidéo du Dr Buesseler présentée au dessus, et qu'elle comporte des explications des auteurs sur son contenu, et qu'elle “présente bien”, ce qui fait qu'elle bénéficie d'une certaine popularité. Le tout est de ne pas se limiter aux impressions données par de jolies images.

Vidéo et article détaillé originaux sur le site IOPScience.

L'eau solide de Sergio Rico

Publié le vendredi 6 septembre 2013 (par Dominique)

Il n'y a pas que des nouvelles catastrophiques de guerres, d'avoirs, de pouvoirs et de profits immédiats au détriment des populations dont les gouvernants (élus par elles, “officiellement”, pour la majorité des pays concernés), ne font aucun cas. L'actualité de notre bonne vieille planète apporte aussi fort heureusement des nouvelles positives, redonnant de l'espoir pour les générations futures.

C'est le cas de cet ingénieur mexicain, Sergio Rico, l'inventeur d'un procédé révolutionnaire qui pourrait bien résoudre les dramatiques problèmes de sècheresse et à termes de manque d'eau que subit le Mexique depuis une dizaine d'année, mais aussi dans de nombreux pays du globe frappé par des sècheresses terribles.

Je retranscris ici l'article publié au lejournaldusiecle.com.

Depuis une dizaine d’années le Mexique subit des sécheresses terribles dans le nord du pays. Sergio Rico, sensible aux problèmes de pauvreté, de famine et de migration, a cherché comment mieux utiliser les faibles pluies qui tombent malgré tout sur ces zones arides.

“En travaillant sur la récupération de l’eau de pluie, déclare Sergio Rico, nous avons trouvé le moyen de la solidifier pour lui donner une autre valeur. Je me suis inspiré des couches pour bébés qui permettent d’absorber un liquide dans un minimum d’espace, et c’est à partir de là que j’ai eu l’idée de transformer l’eau de pluie en la gardant sous forme moléculaire dans un acrylate très absorbant dont la caractéristique est d’emmagasiner jusqu’à 500 fois son poids en eau sans en modifier la structure chimique. ”

L’eau de pluie, captée des toits, est canalisée vers un réservoir dans lequel il suffit de verser une dose de 1,5 gramme de polyacrylate de potassium pour 1 litre d’eau. En 15 minutes, on assiste au processus de solidification de l’eau. Se produisent alors une ionisation et une précipitation qui permettent aux molécules d’eau de se coller aux polymères, ce qui donne de l’eau en grains, à l’état solide. Avec ce procédé, plus besoin de pompes, de tuyaux, d’énergie électrique, de camions-citernes pour transporter le liquide. L’eau solidifiée peut se mettre dans des sacs en plastique que l’on peut stocker facilement jusqu’à en avoir besoin.

Les plantes n’ont aucun stress

Le polyacrylate de potassium permet de gélifier les liquides et de les réhydrater autant de fois que l’on veut pendant huit à dix ans. C’est une sorte de poudre blanche qui ressemble à du sucre. Pour le mélange, le chimiste mexicain, qui connaît bien son pays, utilise comme unité de mesure la capsule de n’importe quelle bouteille de boisson gazeuse, car il sait que les paysans des hameaux ou des petits villages auxquels s’adresse en priorité cette technologie ne possèdent pas une balance précise permettant de peser 1,60 gramme de polyacrylate.

Pour démontrer la fiabilité de son invention, Sergio Rico a comparé dans l’État du Sonora, où le thermomètre monte facilement au-dessus de 45 degrés, deux systèmes d’irrigation. Avec le système traditionnel, où le paysan attend la saison des pluies pour arroser son champ, le rendement est de 600 kilos de maïs pour un hectare. Dans le champ d’à côté, la même culture avec de la pluie solide a permis une récolte de 10 tonnes par hectare !

Les résultats sont incroyables, car la racine des plantes est maintenue humide pendant plusieurs mois et se réhydrate chaque fois qu’il y a une ondée ou un petit arrosage. La plante n’a, d’autre part, aucun stress, car elle sait qu’elle peut compter sur l’exacte quantité d’eau qui lui est nécessaire sans qu’il y ait de déperdition, car l’eau solide ne s’infiltre pas dans la terre ni ne s’évapore.

Vidéo sur ce sujet :
Piéger la pluie à l'état solide, l'arme anti-sécheresse



Nul n’est prophète en son pays

Sergio Rico améliore sa technique depuis cinq ans. Il a déposé un brevet dans le monde entier sous le nom de "Silos de Agua". Sa technique est déjà employée avec succès en Inde pour les cultures de fruits, de cacahuètes, de coton, de blé et palmes. Avec un système traditionnel, ces cultures requièrent une irrigation de 80 litres d’eau par semaine, avec l’utilisation de l’eau solide, il ne faut que 50 litres tous les 3 mois. Un même succès en Colombie, en Équateur, en Espagne et au Portugal où son procédé est utilisé pour les cultures en serres ou dans les programmes de reforestation.

“Les agriculteurs, qui connaissent les coûts de production, sont les plus intéressés, car ils voient immédiatement les économies d’eau qu’ils vont faire avec notre produit.”

Silos de Agua est très bon marché puisque le sac de 25 kilos pour un hectare ne coûte que 400 euros et dure 10 ans.

Autre avantage, l’eau solide se transporte facilement, ce qui est très pratique pour les lieux difficiles d’accès, que ce soit à dos de mule ou en hélicoptère. Les grandes sociétés agricoles mexicaines commencent à s’habituer à cette nouvelle technologie et ont de plus en plus souvent un stock d’eau solide au cas où les pluies cesseraient avant la récolte.

C’est également un produit idéal pour arrêter les incendies. En déposant à même le sol des sacs d’eau solide, les feux rencontrent une masse d’humidité qui ne s’évapore pas, ils s’éteignent d’eux-mêmes sans mettre en danger la vie des pompiers.

Le rêve de Sergio Rico serait bien sûr de convaincre le ministre de l’Agriculture du Mexique de lancer une campagne d’information et d’assistance technique pour permettre aux zones les plus touchées par le changement climatique d’optimiser l’usage de l’eau de pluie. Il aimerait voir sa technologie au service des paysans mexicains les plus démunis. Pour l’heure, il ne recueille que des applaudissements, des diplômes et de bonnes paroles.