Il est très difficile de démêler le vrai du faux dans l'imbroglio que vit la Grèce depuis des années, mais encore plus depuis le début juillet 2015.

Quels sont les véritables enjeux économiques, politiques, sociaux derrière le consensus des médias après ce référendum ?

Comment interpréter la démission du ministre des finances Yanis Varoufakis comme des tractations en cours entre Alexis Tsipras et l'Eurogroupe ?

Une fois de plus le peuple dit NON et l'état par la voix de son président décide d'agir à l'inverse du résultat des urnes.

Cela rappelle aux français le triste souvenir d'un référendum, pas si lointain, dans lequel le peuple Français disait ne pas vouloir ratifier le traité de Maastricht de triste mémoire pour se retrouver quelques mois plus tard avec un président, en l’occurrence, Nicolas Sarkozy, d'origine gréco-hongroise, qui signait le traité de Lisbonne pour le peuple qu'il avait alors en charge !!!

Plusieurs vidéos peuvent vous aider à clarifier votre regard sur ce sujet qui concernent chacun de nous :

1) Un entretien de Valérie Bugault, docteur en droit, spécialiste des questions européennes, par Jean-Michel Vernochet, à trois jours du référendum organisé par Tsipras. Que penser de la situation économique de ce pays, de sa dette publique, et des dettes de tous les pays occidentaux ?
Bien des idées fausses tombent à l’écoute de cet échange passionnant.
Une des dernières phrases de Valérie Bugault est lourde de sens :
“Toutes les élites politiques des pays européens ont été achetées…”



2) Deux interviews de François Asselineau sur ce même sujet du référendum Grec.
Cette première juste avant le référendum :


Et juste après le référendum sur Radio Fréquence Evasion :