Ayant de mon côté une certaine idée de ce que devrait être mon pays, la France, j'ai été particulièrement interpelée par les discours des ses deux hommes interviewés chacun à la suite de la sortie de leur dernier ouvrage.

Deux personnalités très différentes portent sur TV liberté un autre regard que celui asséné à longueur de JT formatés par les media consensuels.

Le premier : Philippe de Villiers à propos du contenu de son livre :
Les cloches sonneront-elles encore demain ?
Pour lui, si rien n’est fait, «la voix du muezzin couvrira le son des cloches de nos terroirs».
Philippe de Villiers entrepreneur et ancien homme politique devient au fil des années un véritable lanceur d’alerte.
Il a eu accès à de nombreuses informations quand il évoluait dans la sphère politique, qu’il divulgue progressivement dans ses derniers ouvrages (voir aussi : Le Moment est venu de dire ce que j'ai vu) pour que les Français sachent ce qu'il se passe réellement et pour qu'ils prennent conscience de l’extrême gravité de la situation de leur pays.

Il dénonce une classe politique achetée par les lobbys et les banquiers qui pratique l’intelligence avec les ennemis de notre beau pays… pointant du doigt des media coupables d’instituer un couvre feu moral qui endort complètement la population.

Dans cet ouvrage il parle de remigration, de partition, il propose d’inventer un nouveau roman national et lance un cri du cœur :
«la France doit rester la France».
«Elle n’a pas vocation à devenir la fille aînée de l’Islam».




Le second : Henri d’Orléans, comte de Paris constate que «La France s’asphyxie dans un marécage».
Monseigneur le Comte de Paris, Henri d’Orléans était invité sur TV libertées pour la sortie de son ouvrage :
La royauté de l’homme, dans lequel le chef de la maison de France donne une vision particulièrement sombre d’un monde qui se révèle être «une sinistre comédie où l’être humain n’est plus que le pion d’un jeu de Monopoly planétaire».

Le comte de Paris voit la nation française confrontée à une profonde crise d’identité et dont la souveraineté est cédée à des pouvoirs mondialisés.
Pour sortir la France de cette ornière, Henri d’Orléans prêche pour un retour du spirituel et affirme que la monarchie peut apparaître comme une idée neuve pour affronter l’avenir. Un Roi pourrait incarner l’harmonie de la société et l’unité nationale. Avec beaucoup de simplicité et de lucidité, le comte de Paris évoque aussi les querelles dynastiques, son père et sa famille en exil, le jeu de De Gaulle, et sa rencontre avec des personnages comme Arlette Laguiller.
Henri d’Orléans se veut l’héritier d’un tradition qui l’oblige envers les Français et il poursuit inlassablement, même isolé, sa mission.



Je vous laisse découvrir ses deux vidéos.
N'hésitez pas à les faire circuler tant qu'elles sont accessibles.